Prieres et spiritualite

Accueil
|
Dieu
|
Sainte Vierge
|
Prières diverses
|
Exercices
|
Méditations
|
Messe
|
Catéchisme
Les méditations des chrétiens

+ Méditations

+ Les trois vertus
     théologales


    + La foi

    + L'espérance

    + La charité


+ Faire un don

MÉTHODES POUR PRATIQUER LES VERTUS

LA FOI

.

Remise des clefs a saint PierreINTRODUCTION AUX VERTUS THÉOLOGALES : La vertu est une aptitude qui prédispose à bien faire, afin de vivre dans la parfaite communion de Notre Seigneur Jésus-Christ.
Notre âme, comme notre corps, a besoin de demeurer saint pour pouvoir un jour prétendre à la vie éternelle. Saint Alphonse écrivit un jour que seules les vertus élèvent les âmes jusqu'à la sainteté. Voilà une belle phrase qu'il nous faut méditer, car si tant de personnes sont arrivées à un degré de sainteté tel qu'elles sont devenues des Saints, c'est parce que, de leur vivant, elles ont élevées leur âme vers Dieu jusqu'à la perfection; et il n'est pas très difficile, pour nous, de les imiter. Il suffit simplement de le vouloir. D'ailleurs, le même auteur nous en donne la méthode :

— Voulez-vous être parfaits ?
    Aimez Dieu de tout votre coeur.
— Voulez-vous aimer Dieu de tout votre coeur ?
    Travaillez à imiter en tout les exemples et les vertus de Notre Seigneur Jésus-Christ.
— Voulez-vous travailler plus facilement à cette imitation ?
    Exercez-vous, jour après jour, à mettre en pratique les vertus qui résument le mieux Sa vie.

Ces trois vertus théologales sont :

1°) la foi,
2°) l'espérance,
3°) la charité

Voyons maintenant, en détail, chacune de ces vertus :

LA FOI

Saint Alphonse-Marie de Liguori, disait que : la foi est une vertu qui nous incline à croire fermement tout ce que Dieu a révélé; et la première des révélations est celle qui nous apprend qu'il n'y a qu'un seul Dieu en trois personnes divines : le Père, et le Fils, et le Saint-Esprit.
Dieu le Père crée la vertu; le Fils l'éclaire; et le Saint-Esprit la vivifie. En effet, vous savez sans doute qu'un barreau d'acier frotté sur de l'aimant, reçoit de ce frottement une telle propriété que, posé ensuite sur un pivot, il oscille comme s'il vivait; il s'agite en cherchant son élément, et tourne sur le cadran jusqu'à ce qu'il ait rencontré le pôle qui l'attire. Et bien, il en est ainsi de l'esprit que Dieu a touché. Quel est donc cet chose qui l'attire ? Tout simplement : la force. De même, la force créée par le Père est quelque chose d'invisible en soi, mais bien réelle que l'on nomme la grâce, et qui, tournant sans s'y arrêter sur un cadran, se fixe enfin vers le pôle divin, qui est la lumière de Notre Seigneur Jésus-Christ, et l'enseignement de l'Église catholique, fondement de notre salut qui nous éclaire de Sa doctrine. Remplie du Saint-Esprit, notre âme polarisée vers la lumière céleste, se fortifie chaque jour d'avantage à un point tel que rien ne peut faire bouger ce barreau d'acier.

Dieu s'est révélé à nous en réalisant une par une toutes les prophéties, et il n'y a qu'à jeter un oeil sur les tableaux sur la Naissance et la Passion de Notre Seigneur pour affirmer avec la plus grande certitude que Jésus est bien le Verbe incarné descendu sur terre pour sauver les hommes. Personne de censée ne peut douter de cet événement. Il est absolument clair que l'on se trouve en présence d'une doctrine venue de Dieu, et à ce titre nous devons nous mettre à genoux devant l'autorité suprême de Celui qui nous parle par les saints Évangiles. Bien sur, il y aura toujours, hélas, des incrédules et des athées, ainsi que des âmes égarées suivants des religions humaines et croyant dur comme fer que toutes les religions se valent et qu'il serait grand temps de les réunir toutes en un syncrétisme religieux. Faire cela serait admettre que toutes les religions sont fausses ! Hors a t-on vu ailleurs que dans la religion catholiques des merveilles telles que celles de Pontmain, Lourdes, Fatima... ? Non ! Pourquoi alors ces miracles se sont ils opérés dans le catholicisme et non pas dans les autres religions ? Tout simplement parce que les autres religions viennent des hommes, alors que le catholicisme vient de Jésus-Christ. Rien n'est donc plus digne que Sa grandeur. Il est notre Père dans le ciel, et nous demande de croire en Lui : Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé; mais celui qui ne croira pas sera condamné (Marc 16, 16). Quoi de plus clair ?. Certains insolents diront que ce sont là des menaces. Non chers lecteurs, Dieu ne menace personne. Il laisse le libre choix de choisir notre chemin; mais comme un bon Père qui verrait des enfants suivre un sentier aboutissant à une falaise, Il leur crie : N'allez pas là, passez par ici; venez, écoutez-moi, je vous conduirai sur le bon chemin !. Mais les enfants ne veulent pas écouter; le bon Père comprenant qu'ils ne veulent pas entendre raison, leur crie toujours : Croyez-moi, je sais ce que je vous dis, vous allez droit à une falaise !. Le bon Père les menaces t-ils ? Non, nullement ! Il les avertis seulement en leur donnant de bons conseils. De même, Dieu nous dit de le suivre : Qui me suit ne marche pas dans les ténèbres (Jean 8, 12).

Certains sont hélas obstinés à marcher sur ces mauvais sentiers, souvent par orgueil, parce qu'ils ne peuvent admettre qu'une autorité céleste dirige leurs conduites. Qu'ils cherchent à perdre le paradis, après tout cela les regardent, mais ce qui est bien plus grave c'est que ces individus cherchent à attirer sur ce sentier de perdition le plus d'âmes possible. Il faudra donc être extrêmement attentif et ne pas se laisser influencer par les discours des impies. Mettons en garde surtout les jeunes gens, qui sont une proie facile pour Satan. Si nous avons en face de nous quelqu'un qui, à lui seul, crois voir plus clair que tous les Pères et Docteurs de l'Église, confondons ce suppôt si Dieu nous en a donné les moyens, sinon ne cherchons pas à débattre ni à le convertir, car ce serait peine et temps perdu. Prions seulement pour lui afin que Dieu l'éclair; de toute façon il y a eu de tout temps des païens, des sectes et des libres-penseurs, et malheureusement il en sera ainsi encore longtemps.
Toutefois, il n'est pas possible de rester passif face à ces gens qui font tout pour démolir notre foi. C'est pourquoi, il nous faut nous fortifier par de bonnes lectures pour être toujours disposé à donner de solides références à nos dires. C'est en effet en lisant et méditant la vie de Notre Seigneur Jésus-Christ, de la Très Sainte Vierge, des Saints, des Pères et Docteurs de l'Église, que nous pouvons alimenter notre foi, et tenir tête à ceux qui démolissent sans arguments notre si belle et vraie religion.
Une autre bonne méthode d'alimenter notre foi est de visiter Jésus-Christ dans le Très Saint Sacrement de l'Autel. Notre Seigneur a choisi nos Églises pour y faire Sa demeure. Il est réellement présent sur nos Autels, prêt à toute heure à recevoir nos hommages et nos voeux; et pourvoir à tous nos besoins. Chez Lui, Sa porte n'est fermée à personne; Il nous accorde audience quand on le veut; et on est toujours bien reçu dès qu'on se présente au pied de la Croix.
Prenons donc la résolution de ne jamais passer devant une Église sans faire une visite, même brève, à Jésus-Christ dans le Très Saint Sacrement. Cinq minutes sur une journée de vingt quatre heures, ce n'est vraiment pas grand chose !. Jugez-en plutôt: à genoux devant la Croix, faites le signe de la Croix et dites Lui :

« Plein de confiance en Votre bonté en Votre grande miséricorde, je viens Vous rendre visite, Seigneur, pour Vous adorer sur cet Autel comme sur Votre trône, et louer Votre saint Nom si salutaire à tous ceux qui l'invoquent dans ce saint lieu. »

Combien de temps cela vous a pris ? Une minute tout au plus ? Il n'en faut pas plus pour montrer à Jésus que vous l'aimez. Même si les occupations de la vie sont ce qu'elles sont, il est absolument impossible de dire n'avoir pas le temps d'entrer à l'Église lorsque nous y passons devant.
Si nous avons plus de temps à consacrer à Jésus-Christ, nous pourrons utiliser l'une des prières suivantes en se prosternant devant Celui dont toutes créatures dans le ciel, sur la terre et dans les enfers, fléchissent les genoux. Demeurons quelques moments en silence, car le langage du coeur plaît beaucoup plus à Notre Seigneur, dans ces sortes de visites, qu'un grand nombre de prières vocales faites avec participations. L'amour de Jésus à notre égard, Sa bonté, Sa douceur, Sa patience dans cet adorable mystère doivent exciter en nous les affections les plus tendres; des sentiments de respect de gratitude, de confiance et de tendresse pour Notre Sauveur doivent nous occuper tout ce temps.

Prions : Seigneur, aidez-moi à me détacher des biens terrestre si trompeurs aux hommes; et accordez-moi la grâce de Vous aimer d'avantage. A quoi me serviront les fastes de ce monde trompeur lorsque Vous déciderez de me rappeler vers Vous pour être jugé ? Hélas, je ne suis pas digne de Votre Saint Nom, car je m'attache encore à des choses inutiles.
     Vous qui êtes ma force et mon refuge, ma consolation et mon trésor, en qui je veux mettre mon coeur, jetez un regard charitable sur Votre enfant qui Vous demande de l'aider.
     Je viens également à Vous pour Vous recommander l'âme de N*** qui à tant besoin de Votre secours (Exposez ici les raisons qui vous poussent à prier pour elle). Daignez qu'elle s'attache à Vous et mette en Vous toute son espérance. Ainsi soit-il.

On peut aussi demander à Jésus-Christ tous les secours et toutes les grâces dont nous avons besoin, soit pour nous même, soit pour d'autres, par ces prières :

Ayez pitié de moi, Seigneur, et assistez-moi dans ce monde où tout n'est que tentations de tous genres. Vous qui Vous êtes engagé à m'accorder tout ce que je demanderai à Votre Père en Votre Nom; c'est en Votre Nom que je Lui demande la grâce de me corriger de mes imperfections qui m'arrêtent dans le chemin de la piété. Aidez-moi à vaincre ces passions qui sont la source de tant de fautes; et accordez-moi la grâce d'acquérir les vertus nécessaire pour mon salut.

O Jésus, mon Sauveur, Je Crois fermement, parce que Vous l'avez dit, que Votre Corps, Votre Sang, Votre âme et Votre divinité sont dans l'auguste sacrement de l'Autel. Je Vous adore, j'espère en Vous et je Vous aime de tout mon coeur.
Prosterné à Vos pieds, dans le plus profond respect, je viens demander réparation de toutes mes fautes et celles des infidèles qui chaque jour Vous outragent. Comme j'aimerais, Divin Jésus, pouvoir réparer par mon adoration tous les péchés que nous commettons à chaque instant. Aussi, je m'unis aux prières que Vous recevez en ce moment de toute la cour céleste, de tous les Anges qui sont prosternés autour de Vos Autels, d'un grand nombre de bons catholiques qui Vous y adorent le jour et la nuit. Ainsi soit-il.

On peut aussi conserver la foi par le moyen de la Sainte Eucharistie, en méditant les principaux mystères, et ne cherchons pas d'excuses en disant que la science nous fait défaut. Nous avons d'innombrables livres écrits par des saints, des âmes privilégiées, des Pères ou Docteurs de l'Église, qui peuvent nous guider dans de hautes méditations.
L'assistance à la Sainte Messe est également un acte de foi qui nous rapproche de Notre Seigneur Jésus-Christ. Nous pouvons aussi l'adorer par des prières, chez soi, si notre emploi du temps ne nous permet pas d'assister à la Messe chaque jour :

Prions : O adorable Jésus, Fils unique du Père céleste, j'unis cette humble prière à toutes les Messes de ce jour, pour Vous témoigner mon amour et mon attachement. Vous qui êtes mort pour moi sur la Croix, Vous êtes encore victime de mes péchés qui Vous obligent à Vous immoler tous les jours pour les expier. Ces péchés me pèsent comme un fardeau et c'est pourquoi je me prosterne profondément devant Votre Crucifix en Vous demandant pardon pour tant d'ingratitude.
C'est ma faute ! (en se frappant la poitrine)
C'est ma faute ! (en se frappant la poitrine)
C'est ma très grande faute ! (en se frappant la poitrine)
et je renonce aujourd'hui à tout ce qui peut Vous déplaire.
(Faites ici un examen de conscience pour passer en revue tout le programme de votre journée et renoncer à ce qui déplaît à Dieu).
Je renonce solennellement à... (exposez à Jésus à quoi vous renoncez pour Lui plaire)... et m'engage à Vous consacrer mon âme et toutes les affections de mon coeur.
Auguste sacrement, pain du ciel, divine nourriture de mon âme, fortifiez-moi dans ces saintes résolutions que Vous m'inspirez. Soyez ma force dans mon combat de ce jour afin que je puisse tenir ma promesse envers Vous. Ainsi soit-il.

Saint DominiqueNous sommes tant attachés par les biens de ce monde, que nous n'osons pas prendre des résolutions pour vivre en suivant l'exemple des saints qui, eux, avaient pour modèle d'autres saints qui les ont précédés sur terre. Proposons nous de nous choisir un saint patron de notre foi afin qu'il nous guide et soit notre intercesseur auprès de Dieu. Faisons cela pour chaque thème. En effet, de même que dans un gouvernement il y a un ministre pour chaque ministère, faisons notre propre gouvernement, en ayant à sa tête Notre Seigneur Jésus-Christ pour Roi, et la Très Sainte Vierge pour Reine.
Saint Pierre ayant été confirmé dans la foi par Jésus Lui-même, il serait logique que ce saint soit notre patron de la foi. De plus, sa vie, ses écrits, sa mort, montrent combien nous devons recommander notre foi à sa puissante intercession. En effet, qui mieux que lui peut défendre notre foi ? Lui qui en un seul sermon convertit cinq mille juifs à la foi de Jésus-Christ ! Bien entendu il n'est pas interdit de s'en choisir un autre, selon que vous ayez lu un livre d'un saint ou Docteur de l'Église qui mérite ce ministère. Saint Benoît-Joseph Labre, certes moins connu que Saint Pierre, est tout autant digne d'être notre intercesseur de la foi auprès de Notre Seigneur Jésus-Christ. A vous de vous en choisir un, pour la vie.
L'intercession et l'exemple des saints ne sont pas le seul aliment que nous puissions donner à notre âme pour augmenter notre vertu de foi. L'Église militante nous offre la possibilité de nous transporter en esprit dans d'innombrables couvents où des religieux et des religieuses prient sans cesse devant l'Autel du Sauveur.

Prions : O, Saint Pierre, qui êtes désormais mon patron, mon guide, et mon intercesseur, veuillez s'il vous plaît présenter ma prière à Jésus-Christ afin qu'Il m'aide à rompre avec les plaisirs mondains, et qu'en contre-partie Il me donne la force de me fortifier dans la foi. Je sais qu'Il est mon unique bien, mon unique espérance et mon unique consolation, mais sans Sa divine aide je n'ai pas la force de me détacher complètement de tout ce qui court à ma perte.
Oui, Saint Pierre, Je vous confesse mes péchés afin que vous sachiez combien je suis indigne de me présenter devant Dieu dans cet état. Je regrette profondément, et avec une profonde amertume d'avoir offensé Jésus-Christ; c'est pourquoi je vous demande d'intercéder en ma faveur pour qu'Il me pardonne.
Saint Pierre, donnez-moi la force de ne plus participer à des mondanités, mais d'employer ce temps à fortifier ma foi qui, seule, peut me conduire sur l'unique sentier qui mène au ciel. Aidez-moi en mettant sur mon chemin des personnes éclairées par l'esprit de Dieu, et écartez loin de moi ceux qui n'aiment pas Jésus-Christ ni ne croient en Lui; car leurs conduites ne sont pas inspirées par la foi catholique, mais commandées par Satan.
Si je n'ai point de guide, je ne pourrais point me corriger, ni résister à mes passions, ni même corriger de mes mauvaises habitudes. S'il vous plaît, Saint Pierre, soyez ce guide là. Conseillez-moi pour résister au malin qui sans cesse me tente par des plaisirs en tous genres, par les richesses de ce monde impie et corrompu, et par les grandeurs de la terre. Ainsi soit-il.

Nous savons tous que notre passage dans ce bas-monde n'est que provisoire. Notre examen de passage se terminera un jour et nous seront jugé, soit pour être sauvé, soit pour être damné pour l'éternité. Prenons grand soin de ne jamais l'oublier et de penser souvent à ce jugement qui, que cela nous plaise ou pas, aura inéluctablement lieu, le moment venu. Si vous craignez ce moment, ou si le début de ce paragraphe vous irrite, il serait grand temps de changer de changer de vie, car vous savez que vous serez condamnés. Ceux qui n'ont rien à craindre du jugement de Dieu, ne s'irritent point en pensant à ce moment, mais sont plein d'allégresse à l'idée que les portes du paradis s'ouvriront pour les laisser entrer.
Tous les saints entretenaient leur esprit en méditant sur la mort. Ne négligeons pas non plus cette pratique de foi dont Saint Bernard dit qu'elle donne la crainte de Dieu, elle chasse le péché et elle empêche la tiédeur. Quand nous sommes jeunes, nous ne pensons pas à la mort, pourtant, combien de jeunes gens périssent chaque jours sans s'y être préparés ? A cause de cela, beaucoup d'entre-eux sont en état de péché, soit mortel, soit véniel, et perdent ainsi le paradis promis par Dieu. En conséquence, prenons l'habitude d'enseigner à nos enfants, dès leur plus jeune âge, les vertus, les enseignements de Dieu et de l'Église Catholique; instruisons-les par de saines lectures que les saints nous ont laissés pour fortifier la foi. apprenez-leur qu'il y à un paradis pour les justes, un purgatoire pour les pécheurs, et un enfer pour les damnés. Sélectionnons pour eux les programmes de télévision qu'ils peuvent regarder sans danger pour leur esprit; et surtout faisons tout pour qu'ils aiment Dieu. Pour cela, priez avec eux, et expliquez-leur pourquoi il faut prier. Si l'enfant, dès son plus jeune âge, a pris l'habitude de vivre sainement dans l'amour de Dieu, il n'aura, durant toute son enfance et son adolescence, ni aucune peine, ni aucun chagrin, car il aura Jésus-Christ pour guide. Voyez tous ces malheureux enfants qui, parce que les parents ne prennent pas la peine de les éduquer dans la foi, sont livrés à eux-mêmes, ou plutôt sont livrés aux pièges du prince de ce monde. Savez-vous que le suicide, chez les adolescents, est un véritable fléau, en augmentation chaque année, et dont les véritables chiffres sont tenus secrets par les pouvoirs publics ?

Prions : O saint Louis de Gonzague, vous qui êtes le saint protecteur de la jeunesse, voyez comme le malin a tissé sa toile en ce monde pour corrompre les jeunes et les attirer vers le mal. Les mauvais livres, les mauvaises images, les plus infâmes discours sont véhiculés jusqu'à dans les écoles afin de les soustraire des bras protecteurs de la Très Sainte Vierge et de Son divin Fils.
     Écoutez s'il vous plaît ma prière afin d'obtenir de Notre Seigneur Jésus-Christ le déploiement de toute une armée céleste afin de détruire l'oeuvre de Satan; sans quoi, les jeunes perdront leur âme.
     O oui, divines créatures descendu du ciel pour défendre la jeunesse, jugez ceux qui leur font du mal, combattez ceux qui s'attaquent à leur âme; prenez les armes et boucliers et venez en aide à ces petits.
     Saint Louis de Gonzague, vous savez que ceux qui ont la grâce de vous avoir comme protecteur, ne sont toutefois pas épargnés par les influences extérieures. Chaque jour, leur âme est attaquée par toutes sortes de tentations; et ce n'est que parce que vous veillez sur eux que le démon n'ose attaquer. Mais les autres ? Certes, ils ne vous implorent pas, ne prient pas, mais est-ce eux qu'il faut blâmer ? Les parents leurs ont-ils appris à avoir Notre Seigneur Jésus-Christ pour Père et la Très Sainte Vierge pour Mère ?
     Je Vous en supplie, saint Louis de Gonzague, protégez tous les enfants de la terre. Demandez à Dieu de repousser loin d'eux toutes sortes de tentations, et que La Très Sainte Vierge soit toujours près d'eux pour les conseiller comme une mère afin que jamais leur âme soit prise dans les filets du malin. Ainsi soit-il.

Prière des étudiants : Illustre patron des jeunes étudiants, aimable saint Jean Berchmans, je me recommande spécialement à vous pour les années si périlleuses de mon adolescence. Je veux imiter votre piété, votre docilité, votre application au travail. Daignez m'obtenir les lumières dont j'ai besoin dans mes études, le courage de vaincre mes passions et de pratiquer la vertu, afin qu'un jour j'ai le bonheur d'être réuni à vous dans le ciel. Ainsi soit-il.

Apprenez à vos enfants de demander la protection de leur Ange Gardien, et de prier pour lui :

Bon Ange, mon gardien, qui voyez toutes mes actions, faites-moi songer à les sanctifier;
Bon Ange, témoin de toutes mes douleurs, faites que je ne perde le mérite d'aucune de mes peines;
Bon Ange, que le matin je trouve veillant à mon chevet, saisissez pour Dieu ma première pensée et mon premier soupir;
Bon Ange, qui comptez chacune de mes prières, apprenez-moi à les bien faire et portez-les Vous- même à mon Père;
Bon Ange, qui connaissez pour moi le chemin qui doit me conduire au Ciel, guidez-moi dans cette voie bénie;
Bon Ange, à qui Dieu révèle ses volontés sur moi, soufflez doucement ses ordres à mon oreille pour que je puisse les accomplir;
Bon Ange, si charitable pour moi, remplissez mon coeur et ma main de bonté et de charité pour mes frères;
Bon Ange, si patient, si doux auprès de moi, mettez beaucoup de douceur dans mes paroles, dans mon extérieur et surtout dans mon coeur;
Bon Ange, qui, le soir, présentez à Dieu mes oeuvres de la journée, montrez-moi le bien et le mal que j'ai fait, pour que le lendemain je sois meilleur;
Bon Ange, qui veillez près de moi, quand je m'endors, ayez pour agréable mon souvenir affectueux, et gardez-moi pendant la nuit;
Bon Ange, ami du Seigneur, Veuillez lui porter mes remerciements et lui exposer mes prières.
Ainsi soit-il.

La foi inspire aussi la dévotion aux saintes images, aux sculptures, peintures, gravures et statues qui représentent Notre Seigneur Jésus-Christ, la Très Sainte Vierge, et les Saints. Il ne s'agit nullement d'idolâtrie, à condition que celui qui prie ne croit pas que Dieu réside dans une image, ou autres symbole, et l'honorerait par ce motif en lui adressant sa prière comme si il pouvait l'entendre et l'exaucer.
Aussi, est-il bon d'avoir toujours sur soi une sainte image représentant soit Jésus, ou Sa Sainte Mère, ou un Saint, afin d'être protégé lorsque l'ont sort de chez soi.
Sainte Marie l'Égyptienne, qui durant sa jeunesse avait commit de lourds péchés, vit pendant le jour de l'Exaltation de la Sainte-Croix, un grand nombre de personnes se diriger à l'Église pour voir et révérer ce bois. Elle décida alors de se glisser à travers la foule pour entrer elle aussi, mais une force surnaturelle l'en empêchait. Après plusieurs tentatives, elle décida de se retirer à l'écart, en se demandant quelle était cette main mystérieuse qui l'arrêtait au seuil de l'Église. Elle entendit alors une voix intérieure qui lui dit que c'est à cause de sa mauvaise conduite qu'elle ne peut s'approcher de la Sainte Croix. Elle regretta aussitôt ses fautes, et pleura amèrement; puis, levant les yeux, elle vit en face d'elle une image de la Sainte Vierge, et la regardant longuement, elle s'écria en pleurant :
« Sainte Vierge, Mère de Dieu, je ne suis pas digne de regarder Votre Image, car mon corps et mon âme sont souillés par le péché. Vous devez sûrement m'avoir en horreur, Vous qui avez toujours été très pure et très chaste. Souvenez-Vous que Votre Fils s'est fait homme pour sauver les pécheurs. Ne m'abandonnez pas, Sainte Vierge, car je suis seule, sans aide, sans secours, et je n'ai pas d'autre refuge que le Votre. Accordez moi, s'il Vous plaît, que je rentre dans l'Église pour voir cette Croix, et je Vous promets de ne plus jamais souiller mon corps de plaisir charnel. Je vous promet de renoncer au monde et de faire expier tous mes péchés là où Vous me l'indiquerez. »
Marie l'Égyptienne, put alors rentrer dans difficulté dans l'Église pour y contempler la Croix; après quoi, elle se retira au désert pour vivre une vie de solitude et de pénitence jusqu'à la fin de ses jours.
Aimons les saintes images, les belles statues, les beaux tableaux, pour ce qu'elles représentent, car en les regardant, ils nous rapprochent du ciel; et vénérons la Croix de Notre Seigneur Jésus-Christ car Elle nous rappelle la Passion.

Prions : Je Vous remercie Seigneur, d'avoir mit entre mes mains l'image de Saint(e) N***, et dont je vais m'employer à lire sa vie; aussi, Aidez-moi s'il Vous plaît, à trouver un livre sur Votre serviteur. Je me promets de suivre ses exemples et de suivre ses pas pour imiter ses vertus qui Vous sont si agréables. Ainsi soit-il.

L'eau bénite apporte aussi une très bonne protection contre les dangers et repousse les démons, car elle a été sanctifiée par des prières et les bénédiction de l'Église.
L'usage de l'eau bénite remonte aux Apôtres. Elle est employée à la grand'Messe pour l'aspersion des fidèles et pour toutes sortes de bénédictions. Par ailleurs, les bénitiers placés aux entrées des Églises contiennent de l'eau bénite afin que les fidèles, en entrant dans ce lieu saint, se signent.
La puissance de l'eau bénite est si bénéfique qu'il serait bon de toujours en avoir chez soi et de s'en servir le matin en se levant et le soir en se couchant, afin d'être protégé de jour comme de nuit aux attaques des démons.
En effet, si nous ne cherchons pas à repousser par tous les moyens l'ennemi du genre humain, il viendra à nous avec une telle rage qu'il arrivera sans peine à nous conduire dans le feu éternelle où l'âme ne se consume jamais. C'est pourquoi il faut se fortifier contre les tentations qui peuvent éprouver notre foi. Tous les saints ont passés cette redoutable épreuve, où Satan semblait sortir vainqueur de ce combat contre la foi, mais à force de nuits en prières devant un crucifix, de jeûnes, d'aspersion de la maison à l'eau bénite, le diable s'en est toujours allé pour, hélas, tenter d'autres âmes plus vulnérables.
Prenons également garde de ne pas tenter le diable : celui qui aime le danger y périra (Ecclésiastique 3, 27). Gardons-nous donc de fréquenter les hérétiques, les lieux où le diable règne en maître, de lire des livres ou revues impies, regarder des films obscènes... Bref, tous les poisons de nos temps modernes : n'aimez point le monde (ce qui éloigne de Dieu ou s'oppose à Lui), ni ce qui est dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, la charité du Père n'est pas en lui; parce que tout ce qui est dans le monde est convoitise de la chair, convoitise des yeux, orgueil de la vie (I Jean 2, 15-16).

Prions : Saint Pierre, vous qui êtes le défenseur de la foi, aidez-moi à marcher droit dans les commandements de Dieu, et veuillez intercéder auprès de Jésus afin qu'Il guide mes pas. Si mes mains ou mes pieds sont pour moi une occasion de chute, clouez les à la Croix avant que cela n'arrive. Ne permettez jamais que je ne touche volontairement ce que la foi répugne, ni que je marche dans des lieux où Satan a installé un refuge pour piéger de pauvres âmes égarées. Ainsi soit-il.

  Pour aller plus loin : Leçon de catéchisme sur la foi


Pensées pieuses Accueil
Accueil
L'espérance


Portugal | Les voyants | Apparitions | 3è Secret | Procès | Opposants
Pie X | Prières | Pro-vie | Info | Forum | Librairie | Livre d'or | Links | Dons | Guide

Site protégé par le Copyright ©