Prieres et spiritualite

Accueil
|
Dieu
|
Sainte Vierge
|
Prières diverses
|
Exercices
|
Méditations
|
Messe
|
Catéchisme
SOMMAIRE

PETIT CATÉCHISME POUR ENFANTS

+ Dieu et la sainte
    Trinité
+ L'Incarnation
+ La Rédemption
+ L'homme
+ L'Eglise
+ Les vertus
    Théologales
+ Le Décalogue
+ Le péché
+ Les sacrements
+ La confession
+ La communion
+ La prière

CATÉCHISME POUR ADULTES

+ Le chrétien
+ Dieu
+ Les perfections
    de Dieu
+ La sainte Trinité
+ La création
+ Les Anges
+ L'homme
+ Chute de l'homme
+ Le péché originel
+ L'Incarnation
+ La vie de Jésus
+ La mort de Jésus
+ La Rédemption
+ Ensevelissement
+ Le Saint Esprit
+ L'Eglise
+ Les caractères
    de la vraie Église
+ Hors de l'Église
    point de salut
+ L'enseignement
    de l'Église
+ La communion
    des Saints
+ La mort
+ Vie surnaturelle
+ Résurrection et Jugement général
+ Symbole des
    Apôtres
+ Signe de la Croix

La morale et les péchés :

+ Les vertus
    Théologales
    + La Foi
    + L'Espérance
    + La Charité
+ Le Décalogue

Commandements
de Dieu :


+ Le premier
    commandement
+ Culte des Saints
+ Le second
    commandement
+ Le troisième
    commandement
+ Le quatrième
    commandement
+ Le cinquième
    commandement

+ Le sixième
    commandement
+ Le septième
    commandement
+ Le huitième
    commandement
+ Le 9 et 10 ème
    commandement

Commandements
de l'Eglise :


+ Etude préliminaire
+ Trois premiers
    commandements
+ Le quatrième
    commandement
+ Le 5 et 6 ème
    commandement
+ Le Péché
+ Péchés capitaux
    + L'orgueil
    + L'avarice
    + La luxure
    + L'envie
    + La gourmandise
    + La colère
    + La paresse

La Grâce,
les Sacrements,
la prière


+ La Grâce
+ Les Sacrements
+ Le Baptême
+ Les promesses
    du Baptême
+ La Confirmation
+ Cérémonie de
    Confirmation
+ L'Eucharistie
+ La communion
+ La Messe
+ La Pénitence
+ Examen de
    Conscience
+ La Contrition
+ Le bon Propos
+ La Confession
+ L'Absolution
+ La Satisfaction
+ Les Indulgences
+ Extrême Onction
+ L'Ordre
+ Le mariage
+ La prière
+ L'oraison
    dominicale

+ La Salutation
    Angélique

+ L'exercice du
    chrétien



+ Faire un don

ENSEIGNEMENT

CATÉCHISME POUR LES ADULTES

.

TRENTE SIXIÈME LEÇON


LE CINQUIÈME COMMANDEMENT DE DIEU

DEMANDE : Quel est le cinquième commandement de Dieu ?
RÉPONSE : Tu ne tueras pas.
D : Qu’est-ce que Dieu nous défend par ce commandement ?
R : Dieu nous défend, par ce Commandement :
1°) de tuer le prochain ;
2°) de le blesser ou le frapper ;
3°) de lui souhaiter la mort ou quelque autre mal ;
4°) de l’offenser par des paroles injurieuses ;
5°) de lui donner du scandale.

Le cinquième Commandement de Dieu nous défend :
1°) de tuer le prochain, c’est-à-dire de répandre son sang, de lui ôter la vie. Ôter la vie à son prochain est un crime de lèse-majesté divine, et c’est Dieu Lui-même qui nous l’a enseigné quand il a dit : « Le sang de tout homicide sera répandu, parce que l’homme a été créé à l’image de Dieu. » Quiconque porte sur son frère une main meurtrière attaque Dieu même, puisque autant qu’il est en lui détruit l’image de Dieu.
2°) Le cinquième Commandement de Dieu nous défend de blesser ou de frapper le prochain : la faute est plus ou moins considérable, selon la gravité de l’outrage ou de la blessure, et selon la qualité de la personne qui en a été l’objet ; celui qui blesse son père ou sa mère est bien plus coupable que celui qui blesse son frère ou son égal ; celui qui frappe une personne consacrée à Dieu, un prêtre, une religieuse, commet un plus grand péché que celui qui frappe un simple laïque.
3°) Le cinquième Commandement de Dieu nous défend de souhaiter au prochain la mort ou quelque autre mal ; souhaiter la mort au prochain, c’est être homicide aux yeux de Dieu qui voit le fond du cœur, et qui sait que si on ne met pas à exécution ce qu’on désire, c’est qu’on est arrêté non par la crainte de lui déplaire et d’encourir sa disgrâce, mais uniquement par la crainte des châtiments qu’inflige la justice humaine à ceux qui trempent leurs mains dans le sang de leurs frères.
4°) Le cinquième Commandement nous défend de dire au prochain des paroles injurieuses : il est impossible de douter que ce ne soit un grand péché, puisque Jésus-Christ dit dans l’Évangile : « Celui qui dira à son frère : Raca, méritera d’être condamné par le conseil ; et celui qui le traitera de fou méritera d’être condamné au feu de l’Enfer ».
5°) Le cinquième Commandement de Dieu nous défend de donner du scandale au prochain : nous verrons en fin de cette leçon ce qu’il faut entendre par le scandale.

DuelD : N’est-il jamais permis de tuer ou de blesser le prochain ?
R : Non, il n’est jamais permis de tuer ou de blesser le prochain, si ce n’est dans une guerre juste, ou pour se défendre contre celui qui nous attaque injustement, ou [dans certains pays] pour exécuter les arrêts de la justice.

Il n’y a que trois circonstances où il est permis de tuer ou de blesser le prochain :
1°) dans une guerre juste : lorsqu’un État, soit pour défendre des droits légitimes, soit pour obtenir la réparation d’un dommage ou d’un outrage qui lui a été fait, ou afin de pourvoir à sa sûreté, a recours aux armes, les soldats qui combattent ne commettent point de péché en tuant ou blessant leurs ennemis, parce qu’ils n’agissent pas comme particuliers, mais au nom de la patrie, dont ils sont les soutiens.
2°) Pour se défendre contre celui qui nous attaque injustement : attaque-t-on injustement notre vie, il nous est permis de faire tout ce qui dépend de nous pour rendre inutiles les efforts de notre agresseur ; et s’il arrive qu’en nous défendant nous lui donnions la mort, nous ne sommes point coupables de son sang ; nous ne cherchions qu’à nous défendre, et nous étions en droit d’employer pour cela tous les moyens nécessaires.
3°) Pour exécuter les arrêts de la justice : dans certains pays, la société retranche de son sein les plus dangereux criminels, en les condamnant à mort ; le bourreau qui exécute l’arrêté porté par les magistrats ne pèche point, parce qu’il agit comme simple instrument de l’autorité. Hors les trois circonstances dont nous venons de parler, c’est toujours un grand crime que d’ôter la vie à son prochain.

D : Comment s’appelle le celui qui tue un homme injustement ?
R : Il s’appelle homicide.

Le crime que l’on commet en ôtant injustement la vie au prochain s’appelle homicide, ce qui veut dire littéralement : meurtre d’un homme, action qui cause la mort d’un homme. Celui qui s’est rendu coupable d’un tel crime est aussi appelé homicide.

D : Est-il permis de se venger de ceux qui nous ont offensés injustement ?
R : Non, nous devons leur pardonner, comme nous voulons que Dieu nous pardonne nos offenses envers Lui.

« Ne rendez point le mal pour le mal, dit saint Paul, ne vous vengez point » ; Jésus-Christ nous adresse ces paroles : « Pardonnez à votre prochain le mal qu’il vous a fait, et vos péchés vous seront pardonnés quand vous en demanderez le pardon. » Comprenons par-là combien nous sommes intéressés à pardonner à nos frères. Quand nous agissons ainsi, nous y gagnons bien plus qu’eux : qu’est-ce que l’avantage qu’ils peuvent retirer de leur conduite à notre égard, en comparaison de la rémission de nos péchés, et de la bienveillance de Dieu qu’elle nous fait obtenir ? Si, contraire, nous nous vengeons ; si même, en renonçant à tout acte de vengeance, nous nous répandons en reproches ; ou si encore, en nous abstenant de tout reproche, nous conservons du ressentiment dans nos cœurs, nous nous punissons cruellement nous-mêmes des injures que le prochain nous a faites, puisque nous nous fermons l’accès à la miséricorde de Dieu : « Si vous ne pardonnez pas aux hommes, nous dit Dieu, Je ne vous pardonnerai pas non plus vos péchés. »

SuicideD : Est-il permis de se tuer volontairement soi-même ?
R : Non, il n’est pas permis de se tuer, et cette action, qu’on appelle suicide, a toujours été en exécration.

C’est Dieu qui nous a placés sur la terre, qui nous a donné la vie et c’est Lui qui en reste le souverain Maître. N’est-ce pas se révolter contre Lui que de se donnant la mort ? Il n’est donc jamais permis de se tuer car nous sommes les intendants et non les propriétaires de la vie que Dieu nous a confiée. L'acte de celui qui se tue volontairement s’appelle suicide, c’est-à-dire meurtre de soi-même. Le suicide contredit l’inclination naturelle de l’être humain à conserver et à perpétuer sa vie. Il est gravement contraire au juste amour de soi. Il offense également l’amour du prochain, parce qu’il brise injustement les liens de solidarité avec les sociétés familiale, nationale et humaine à l’égard desquelles nous demeurons obligés. Le suicide est contraire à l’Amour du Dieu vivant. Toutefois, des troubles psychiques graves, l’angoisse ou la crainte grave de l’épreuve, de la souffrance ou de la torture peuvent diminuer la responsabilité du suicidaire. On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont donné la mort. Dieu peut leur ménager par les voies que Lui seul connaît, l’occasion d’une salutaire repentance surtout si le suicidaire a donné, au moment de rendre le dernier soupir, des marques d’un sincère repentir. L’Église prie pour les personnes qui ont attenté à leur vie.

D : Qu’est-ce que donner du scandale ?
R : Donner du scandale c’est faire une action ou dire une parole qui porte le prochain à faire le mal, ou l’empêche de faire le bien.

Il y a deux sortes d’homicide : l’homicide corporel, dont nous avons parlé jusqu’ici, et l’homicide spirituel, autrement appelé scandale. Le mot scandale, dans son acception primitive, signifie une pierre, ou tout autre obstacle qui, place dans le chemin, fait tomber les passants. Dans le langage actuel, ce mot exprime ce qui, dans la route du salut, est un obstacle à ceux qui la parcourent ; c’est une parole ou une action qui porte le prochain à faire le mal, ou l’empêche de faire le bien.

D : Le scandale est-il une grande faute ?
R : Oui, le scandale est une grande faute, puisqu’il fait perdre au prochain la vie de la grâce, qui est bien plus précieuse que celle du corps.

Le scandale est un péché énorme : il est impossible d’en douter. « Malheur au monde, s’écrie Jésus-Christ, à cause de ces scandales ; malheur à celui par qui le scandale arrive, il vaudrait mieux pour lui être précipité dans la mer, avec une meule suspendue au cou ! » Ce qui rend extrêmement grave le péché de scandale, c’est qu’il est un outrage sanglant fait à Jésus-Christ, dont il anéantit en quelque sorte les travaux et les souffrances. Ce divin Sauveur est venu sur la terre pour chercher ce qui était perdu et sauver ce qui avait péri : par le scandale, on perd ce qu’il a cherché, on immole ce qu’il a sauvé. Le scandale fait perdre au prochain la vie de la grâce, la vie de l’âme, qui est bien plus précieuse que celle du corps ; cette considération seule ne doit-elle pas suffire pour vous porter à éviter avec le plus grand soin un péché aussi affreux ? Vous avez horreur d’un meurtrier ; vous seriez honteux, indignés, qu’on vous soupçonnât d’un crime semblable : le crime dont vous vous rendriez coupable par le scandale serait bien autrement atroce, c’est l’âme de votre frère que vous assassineriez, c’est la mort éternelle que vous plongeriez dans son sein.

D : Suffit-il de ne point donner du scandale ?
R : Non, il faut encore édifier le prochain, en le portant au bien par de bons conseils et de bons exemples.

Porter le prochain à faire le bien et à pratiquer la vertu, c’est ce qu’on appelle l’édifier, et c’est aussi un des devoirs que nous avons à remplir envers lui. Le Seigneur nous a chargés d’avoir soin de notre prochain et de travailler à sa sanctification, et nous ne saurions y travailler plus efficacement qu’en l’excitant et en l’encourageant à se conduire d’une manière chrétienne et irréprochable, et en lui donnant l’exemple de toutes les vertus et de toutes les bonnes œuvres. « Que votre lumière, dit Jésus-Christ, luise devant les hommes, afin que voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père, qui est dans les cieux. »

TRAITS HISTORIQUES

Le chanoine honoraire de Versailles, en traversant le bois de Satory alors qu'il revenait d'une visite de chez un malade de la paroisse, aperçut en un lieu écarté, un homme qui l'appela aussitôt : « Ah! Monsieur le Prêtre !... » Cet homme tenait un fusil, et lui demanda si c'était une grande faute de s'ôter la vie quand on est malheureux et sans ressources. M. l'abbé lui dit que c'était à la fois une lâcheté et un crime de se donner la mort ; il lui fit comprendre que Dieu a mis l'homme sur la terre pour remplir des devoirs, et qu'il n'est pas permis de quitter le poste où la Providence nous a placés. Il suggéra au malheureux des pensées de consolation et d'espérance, et celui-ci, touché, rendit son arme, se jeta aux pieds du prêtre, et le pria de lui procurer une retraite où il pût pleurer ses fautes. Le chanoine promit de lui rendre ce service et l'emmena jusqu'au presbytère. Chemin faisant, cet homme lui raconta son histoire ; c'était un italien d'un âge mûr, qui avait reçu de l'éducation ; il avoua qu'il avait été longtemps combattu par son projet de suicide. La providence veillait sur lui en lui envoyant ce bon prêtre dans un lieu où il n'allait jamais. — Le soir même, l'étranger partit pour Amiens avec une lettre de recommandation pour le Supérieur d'un monastère. On craignait d'abord qu'à raison de son âge il ne pût s'accoutumer aux austérités de la Trappe ; mais le père Stanislas, abbé du monastère ne put résister à ses prières et à ses larmes et le fit entrer chez les trappistes.


Le quatrième
Commandement de Dieu
Accueil
Accueil
Le sixième
Commandement de Dieu


Portugal | Les voyants | Apparitions | 3è Secret | Procès | Opposants
Pie X | Prières | Pro-vie | Info | Forum | Librairie | Livre d'or | Links | Dons | Guide

Site protégé par le Copyright ©