Prieres et spiritualite

Accueil
|
Dieu
|
Sainte Vierge
|
Prières diverses
|
Exercices
|
Méditations
|
Messe
|
Catéchisme
SOMMAIRE

PETIT CATÉCHISME POUR ENFANTS

+ Dieu et la sainte
    Trinité
+ L'Incarnation
+ La Rédemption
+ L'homme
+ L'Eglise
+ Les vertus
    Théologales
+ Le Décalogue
+ Le péché
+ Les sacrements
+ La confession
+ La communion
+ La prière

CATÉCHISME POUR ADULTES

+ Le chrétien
+ Dieu
+ Les perfections
    de Dieu
+ La sainte Trinité
+ La création
+ Les Anges
+ L'homme
+ Chute de l'homme
+ Le péché originel
+ L'Incarnation
+ La vie de Jésus
+ La mort de Jésus
+ La Rédemption
+ Ensevelissement
+ Le Saint Esprit
+ L'Eglise
+ Les caractères
    de la vraie Église
+ Hors de l'Église
    point de salut
+ L'enseignement
    de l'Église
+ La communion
    des Saints
+ La mort
+ Vie surnaturelle
+ Résurrection et Jugement général
+ Symbole des
    Apôtres
+ Signe de la Croix

La morale et les péchés :

+ Les vertus
    Théologales
    + La Foi
    + L'Espérance
    + La Charité
+ Le Décalogue

Commandements
de Dieu :


+ Le premier
    commandement
+ Culte des Saints
+ Le second
    commandement
+ Le troisième
    commandement
+ Le quatrième
    commandement
+ Le cinquième
    commandement
+ Le sixième
    commandement
+ Le septième
    commandement
+ Le huitième
    commandement
+ Le 9 et 10 ème
    commandement

Commandements
de l'Eglise :


+ Etude préliminaire
+ Trois premiers
    commandements
+ Le quatrième
    commandement
+ Le 5 et 6 ème
    commandement
+ Le Péché
+ Péchés capitaux
    + L'orgueil
    + L'avarice
    + La luxure
    + L'envie
    + La gourmandise
    + La colère
    + La paresse

La Grâce,
les Sacrements,
la prière


+ La Grâce
+ Les Sacrements
+ Le Baptême
+ Les promesses
    du Baptême
+ La Confirmation
+ Cérémonie de
    Confirmation
+ L'Eucharistie
+ La communion
+ La Messe
+ La Pénitence
+ Examen de
    Conscience
+ La Contrition
+ Le bon Propos
+ La Confession
+ L'Absolution
+ La Satisfaction
+ Les Indulgences
+ Extrême Onction
+ L'Ordre
+ Le Mariage
+ La prière
+ L'oraison
    dominicale

+ La Salutation
    Angélique

+ L'exercice du
    chrétien



+ Faire un don

ENSEIGNEMENT

CATÉCHISME POUR LES ADULTES

.

TRENTE DEUXIÈME LEÇON


LE CULTE DES SAINTS, DES RELIQUES ET DES IMAGES

OraisonDEMANDE : Peut-on adorer les Saints qui sont dans le ciel ?
RÉPONSE : Non, on ne peut adorer les Saints ; ce serait une idolâtrie, puisque les Saints ne sont que des créatures.

Adorer les Saints, ce serait les considérer comme les souverains seigneurs de toutes choses ; ce serait leur rendre le culte suprême qui n'appartient qu'à Dieu ; et faire, par conséquent, un acte d'idolâtrie, car les saints ne sont que des créatures, et l'idolâtrie consiste à rendre à la créature le culte qui n'est dû qu'au Créateur.

D : Peut-on les honorer et les invoquer ?
R : Oui, on peut et on doit les honorer comme les amis de Dieu, et il est utile de les invoquer comme nos protecteurs auprès de Lui.

1°) Nous devons honorer les Saints : c'est une conséquence nécessaire de la communion des Saints dont il est parlé dans le Symbole des apôtres ; en effet, s'il est vrai que l'Église triomphante et l'Église militante ne forment point deux Églises différentes, mais une seule et même Église, une seule et même société, n'est-il pas dans l'ordre de rendre un honneur particulier à ceux qui en sont les principaux ornements ? Dans toute société, n'honore-t-on pas d'une manière spéciale ceux qui se font remarquer par vertus ? N'est-ce pas une règle puisée dans le sens commun de tous les hommes, que les membres d'un même corps se doivent une considération mutuelle plus ou moins grande, à proportion du sang qu'ils occupent ? D'ailleurs c'est Dieu, c'est Jésus-Christ Lui-même que nous révérons dans ses Saints qui ne sont que la prolongation de son action et de sa vie. Les Saints sont les amis de Dieu, qui pour les récompenser de leur fidélité à sa loi, les a élevés au faîte de la gloire ; ils sont assis sur des trônes, et leur front est orné brillant diadème ; nous devons donc les respecter, les vénérer. Le culte que nous rendons aux saints s'appelle : le culte de dulie. Aussi l'Église, qui est la colonne et le fondement de la Vérité, a rendu dès les temps apostoliques et nous apprend à rendre aux Saints un culte religieux ; elle a institué des fêtes en leur honneur ; elle célèbre leurs vertus dans des hymnes ; elle bâtit des temples, consacre des autels sous leurs noms : ne serait-ce pas une impiété que d'oser s'élever, comme le font les protestants, contre cette conduite de l'Épouse de Jésus-Christ ?
2°) Il est utile d'invoquer les Saints et de recourir à leur intercession, afin d'obtenir de Dieu les grâces qui nous sont nécessaires ; c'est ce qui fut pratiqué dans l'Église, dès les premiers siècles. « Glorieux martyrs, s'écriait saint Ephrem, secourez-moi de vos prières, afin que je trouve miséricorde au jour du jugement.»« O Saints du ciel, disait Origène, je vous implore ; tombez aux pieds du Dieu des miséricordes pour moi, misérable pécheur. » Il y a une grande différence entre les prières que nous adressons à Dieu et celles que nous adressons aux Saints : nous demandons à Dieu qu'il nous soit propice, qu'il nous délivre, qu'il nous sauve ; nous demandons aux Saints qu'ils prient pour nous, qu'ils intercèdent pour nous ; nous nous adressons à Dieu comme à la source, à l'auteur même de la grâce, pour que Lui-même nous donne ce que réclament nos besoins ; nous nous adressons aux Saints comme à des serviteurs agréables à leur maître, à des amis heureux et couronnés, pour qu'ils nous obtiennent, par leur crédit auprès de Dieu, ce que Dieu seul peut donner.

OraisonD : Devons-nous honorer la sainte Vierge d'un culte particulier et d'une confiance plus grande que celle dont nous honorons les Saints ?
R : Oui, parce que en sa qualité de Mère de Dieu, elle est incomparablement supérieure aux Anges et aux Saints, et qu'elle a plus de pouvoir auprès de Lui.

1°) Marie est plus sainte que tous les Anges et tous les Saints ensemble ; elle tient dans le ciel le premier rang après Jésus-Christ, son divin Fils ; Dieu seul est au-dessus d'elle ; tout ce qui n'est pas Dieu est à ses pieds. Nous devons donc l'honorer d'une manière toute particulière et lui rendre des hommages plus profonds qu'aux autres Saints. Le culte spécial que nous rendons à la Mère de Dieu s'appelle hyperdulie, ce qui veut dire culte, qui est au-dessus de celui que nous rendons aux Saints.
2°) Quel que soit le crédit dont les Saints jouissent dans le ciel auprès de Dieu, il n'est rien en comparaison de celui de Marie ; cette Vierge sainte peut tout sur le cœur de son Fils, qui ne désire rien tant que de donner à sa sainte Mère des marques de sa déférence. Le pouvoir de Marie est immense ; il est en quelque sorte infini comme le pouvoir de Dieu même ; elle a en effet à sa disposition tous les trésors de la grâce et de la gloire, et elle peut y puiser a son gré en faveur des mortels qui sont ses enfants. Nous devons donc tout espérer de la puissante intercession de Marie, et l'honorer d'une confiance plus grande que celle dont nous honorons les Saints.

D : Est-il permis d'honorer les reliques des Saints ?
R : Oui, parce que leurs corps ont été les temples du Saint-Esprit, et qu'ils doivent un jour ressusciter glorieux.

On entend par reliques d'un Saint ce qui reste de son corps après sa mort, ses os, ses cendres ; on donne aussi le nom de reliques aux objets qui ont appartenu à un Saint ; par exemple, à ses vêtements. L'Église a, dans tous les temps, traité avec un profond respect les reliques des Saints, et elle les a toujours eues en grande vénération, parce que ce sont les restes précieux de leurs corps, où le Saint-Esprit daigne habiter, qu'il sanctifia par sa présence, et qui doivent, à la fin du monde, ressusciter pour la vie éternelle. « Dieu, dit le concile de Trente, a accordé, par les ossements des Saints, plusieurs faveurs aux hommes ; et par là il a fait voir combien le culte que nous leur rendons est agréable à ses yeux » Lorsque, dans les beaux jours de l'Église naissante, les fidèles appliquaient aux malades les mouchoirs et les linges qui avaient touché le corps de saint Paul, ils rendaient à ces mouchoirs et à ces linges un véritable honneur, par cela même qu'ils s'en servaient pour obtenir des effets supérieurs aux lois de la nature. Si cet honneur avait déplu à Dieu, l'aurait-il autorisé par des miracles ? Cependant il l'a fait, puisque l'application de ces mouchoirs et de ces linges procurait aux malades la guérison, aux possédés la délivrance. De semblables se sont renouvelés dans tous les siècles de l'Église, en sorte qu'on peut dire que si la vénération des reliques des Saints était une erreur, ce serait Dieu Lui-même qui nous y aurait constamment induits.

D : Quelles reliques peut-on exposer à la vénération des fidèles ?
R : Il n'est permis d'exposer à la vénération des fidèles que les reliques des saints dont l'authenticité a été reconnue par l'évêque.

Il n'est pas permis d'honorer d'un culte public les reliques des personnages morts en odeur de sainteté, mais qui n'ont été ni canonisés ni béatifiés par l'Église : on peut, tout au plus, les honorer d'un culte privé.
On ne doit exposer à la vénération des fidèles aucune relique dont l'authenticité ne soit pas suffisamment constatée. Les reliques douteuses ne peuvent être l'objet d'un culte religieux, qu'il soit public ou privé.

Priere au calvaireD : Est-il permis d'honorer les images de Jésus-Christ, de la sainte Vierge et des Saints ?
R : Oui, et cette pratique a toujours été en usage dans l'Église.

Une image est la représentation sculptée, gravée ou peinte, de Jésus-Christ, de la sainte Vierge, des Saints, ou de quelque trait de leur vie. L'Église a autorisé le culte des saintes images, parce qu'elle en a reconnu la grande utilité. En effet, les histoires des mystères de notre rédemption, représentées par la peinture ou d'autre manière, instruisent le peuple, en lui rappelant les articles de foi, et le maintiennent dans la pratique de s'en occuper assidûment. On retire d'ailleurs une grande édification de toutes les saintes images, parce qu'elles mettent sous les yeux des fidèles les merveilles que Dieu a opérées par les Saints, les exemples salutaires que les Saints nous donnés, afin que les fidèles en rendent grâce à Dieu, prennent les Saints pour modèles de leur vie et de leur conduite, et soient excités à adorer Dieu et à l'aimer. Voilà pourquoi l'Église a autorisé le culte des saintes images ; et parce qu'il est impossible de révoquer en doute que Dieu, dans tous les siècles, ait opéré des merveilles sur de saintes images, ait par elles accordé plusieurs faveurs aux hommes, on ne peut s'empêcher de dire, comme on l'a déjà dit des reliques, que si l'usage et la vénération des saintes images était une erreur, Dieu Lui-même nous y aurait induits. On appelle miraculeuses les images par lesquelles ou devant lesquelles Dieu, pour récompenser la foi de ses serviteurs, a fait quelques miracles.

D : A quoi se rapporte le culte que nous rendons aux images ?
R : Il se rapporte à l'objet que ces images représentent.

Lorsque nous donnons aux saintes images des marques de respect et de vénération, ce n'est point évidemment la matière dont elles sont faites, comme l'or, l'argent, la pierre, le plâtre, le bois, la toile ou le papier, que nous honorons, mais c'est ce qui est représenté par cette image ; l'honneur que nous leur rendons se rapporte aux objets dont elles nous rappellent le souvenir ; en sorte que lorsque nous honorons l'image de Jésus-Christ c'est Lui-même que nous honorons ; lorsque nous honorons l'image de la sainte Vierge, de saint Pierre, de saint Paul, de notre saint patron, etc., c'est la sainte Vierge, saint Pierre, saint Paul ou notre saint patron, que nous honorons. Et qui serait assez stupide pour mettre sa confiance dans la pierre ou dans le bois, et leur supposer quelque vertu, quelque puissance ? Cependant, lorsque Dieu a déjà fait éclater devant quelque image les effets de sa miséricorde, il est tout naturel de prier devant cette image avec plus de confiance ; le souvenir des bienfaits que d'autres ont reçus est bien propre par lui-même à ranimer la foi et à exciter la piété : et plus la foi est vive, plus la piété est grande, et plus le Seigneur est disposé à exaucer les vœux qui lui adressés.

Saint François XavierD : Quand nous nous prosternons devant une croix, est-ce la croix que nous adorons ?
R : Non quand nous nous prosternons devant une croix, une portion de la vraie croix, et tout ce qui a servi à la Passion du Sauveur, c'est Jésus-Christ mort en croix que nous adorons.

La représentation de la Croix à laquelle Jésus-Christ a été crucifié ; une portion de la vraie Croix, c'est-à-dire de la croix même sur laquelle le divin Sauveur a rendu le dernier soupir ; les clous qui percèrent Ses Mains et Ses Pieds, et tous les autres instruments de sa Passion, sont des objets bien dignes, assurément, de notre vénération et de nos respects. Toutefois, quand nous honorons ces objets, que nous les baisons, que nous nous découvrons devant eux, c'est à Jésus-Christ Lui-même que ces hommages se rapportent. Quand, par exemple, nous nous prosternons devant la croix, que nous l'adorons, nous adorons Jésus-Christ, qui est mort sur la croix pour notre salut.

TRAITS HISTORIQUES

Saint Ambroise rapporte la guérison miraculeuse d'un aveugle, opérée devant le peuple de Milan, le jour de la translation de saint Gervais et de saint Protais, dont les corps avaient été découverts la veille. Saint Augustin, alors à Milan, avait été témoin du fait. Mais des Ariens contestant le miracle, saint Ambroise monte en chaire le lendemain. « Ils nient, s'écrie-t-il, que l'aveugle ait été éclairé. Mais lui, il ne nie point qu'il ait été guéri. Il dit : J'y vois, moi qui ne voyais nullement. Il dit : J'ai cessé d'être aveugle ; et le prouve par le fait. Ceux-ci, ne pouvant contester le fait, en rejettent la grâce miraculeuse. L'homme est connu dans cette ville... Il se nomme Sévérus, boucher de profession. Il témoigne qu'ayant touché la frange dont les reliques sacrées sont couvertes, aussitôt la lumière lui a été rendue. » On trouve plusieurs miracles de ce genre attestés par saint Chrysostôme, saint Isidore de Damiette, Palladius, saint Jérôme, saint Augustin, etc.

Une femme idolâtre s'étant convertie au christianisme, donna au baptême à son fils le prénom de François-Xavier car elle avait une vive dévotion pour saint François-Xavier. Un an après, ce fils ayant été tué avec d'autres enfants, les mères idolâtres mirent simplement en terre les leurs, mais la femme chrétienne porta le corps glacé du petit François-Xavier devant l'image de son patron et lui dit avec une simplicité pleine de foi : « N'y aura-t-il aucune différence entre ces mères idolâtres et moi qui fais profession de servir le vrai Dieu de tout mon cœur ? Et puis n'êtes-vous pas le protecteur de mon fils ? Ne vous est-il pas spécialement recommandé ? Ah ! Je vous en conjure, consolez cette mère affligée : après avoir ressuscité tant de morts, vous pouvez bien encore ressusciter celui-ci. » Elle avait à peine fini sa prière que l'enfant ouvrit les yeux, et sa mère l'embrassa plein de vie.


Le premier
Commandement de Dieu
Accueil
Accueil
Le second
Commandement de Dieu


Portugal | Les voyants | Apparitions | 3è Secret | Procès | Opposants
Pie X | Prières | Pro-vie | Info | Forum | Librairie | Livre d'or | Links | Dons | Guide

Site protégé par le Copyright ©