Prieres et spiritualite

Accueil
|
Dieu
|
Sainte Vierge
|
Prières diverses
|
Exercices
|
Méditations
|
Messe
|
Catéchisme
SOMMAIRE

PETIT CATÉCHISME POUR ENFANTS

+ Dieu et la sainte
    Trinité
+ L'Incarnation
+ La Rédemption
+ L'homme
+ L'Eglise
+ Les vertus
    Théologales
+ Le Décalogue
+ Le péché
+ Les sacrements
+ La confession
+ La communion
+ La prière

CATÉCHISME POUR ADULTES

+ Le chrétien
+ Dieu
+ Les perfections
    de Dieu
+ La sainte Trinité
+ La création
+ Les Anges
+ L'homme
+ Chute de l'homme
+ Le péché originel
+ L'Incarnation
+ La vie de Jésus
+ La mort de Jésus
+ La Rédemption
+ Ensevelissement
+ Le Saint Esprit
+ L'Eglise
+ Les caractères
    de la vraie Église
+ Hors de l'Église
    point de salut
+ L'enseignement
    de l'Église

+ La communion
    des Saints
+ La mort
+ Vie surnaturelle
+ Résurrection et Jugement général
+ Symbole des
    Apôtres
+ Signe de la Croix

La morale et les péchés :

+ Les vertus
    Théologales
    + La Foi
    + L'Espérance
    + La Charité
+ Le Décalogue

Commandements
de Dieu :


+ Le premier
    commandement
+ Culte des Saints
+ Le second
    commandement
+ Le troisième
    commandement
+ Le quatrième
    commandement
+ Le cinquième
    commandement
+ Le sixième
    commandement
+ Le septième
    commandement
+ Le huitième
    commandement
+ Le 9 et 10 ème
    commandement

Commandements
de l'Eglise :


+ Etude préliminaire
+ Trois premiers
    commandements
+ Le quatrième
    commandement
+ Le 5 et 6 ème
    commandement
+ Le Péché
+ Péchés capitaux
    + L'orgueil
    + L'avarice
    + La luxure
    + L'envie
    + La gourmandise
    + La colère
    + La paresse

La Grâce,
les Sacrements,
la prière


+ La Grâce
+ Les Sacrements
+ Le Baptême
+ Les promesses
    du Baptême
+ La Confirmation
+ Cérémonie de
    Confirmation
+ L'Eucharistie
+ La communion
+ La Messe
+ La Pénitence
+ Examen de
    Conscience
+ La Contrition
+ Le bon Propos
+ La Confession
+ L'Absolution
+ La Satisfaction
+ Les Indulgences
+ Extrême Onction
+ L'Ordre
+ Le mariage
+ La prière
+ L'oraison
    dominicale

+ La Salutation
    Angélique

+ L'exercice du
    chrétien



+ Faire un don

ENSEIGNEMENT

CATÉCHISME POUR LES ADULTES

.

DIX-NEUVIÈME LEÇON


L'ENSEIGNEMENT DE L'ÉGLISE

Sermon sur la montagneDEMANDE : Sommes-nous obligés de croire tout ce que l’Église enseigne ?
RÉPONSE : Oui, nous sommes obligés de croire tout ce que l’Église enseigne, parce qu’elle est infaillible.

L’Église se divise en Église enseignante et en Église enseignée. On entend par Église enseignante le corps des premiers pasteurs, qui sont le Pape et les évêques, que Jésus-Christ a chargés de prêcher et de défendre les vérités chrétiennes. l’Église enseignée, c’est-à-dire qui écoute, se compose des simples fidèles et des pasteurs du second ordre ; ces derniers appartiennent, dans un sens, à l’Église enseignante, puisque, sous les ordres des évêques, ils travaillent à l’instruction et au salut des âmes confiées à leurs soins ; mais ils ne sont point juges de la foi, ce n’est point à eux qu’il appartient de décider les questions qui intéressent la foi, et ils reçoivent eux-mêmes des premiers pasteurs l’enseignement qu’ils donnent aux fidèles.
Que l’Église enseignée doive écouter l’Église enseignante, c’est ce qu’il est impossible de révoquer en doute, puisque Jésus-Christ a dit aux pasteurs qu’il a établis : « Celui qui vous écoute m’écoute ; si quelqu’un n’écoute pas l’Église, regardez-le comme un païen et un publicain » ; faisant allusion à la coutume des juifs qui avaient en aversion les païens et les publicains, et qui, non-seulement ne voulaient pas les laisser entrer dans leurs synagogues, mais ne voulaient même avoir aucune familiarité, aucun commerce avec eux. Nous sommes donc obligés d’écouter l’Église et de croire tout ce qu’elle nous enseigne ; et nous ne devons pas craindre d’être induits en erreur, puisqu’elle est infaillible.

D : Qu’entendez-vous quand vous dites que l’Église est infaillible ?
R : J’entends que l’Église ne peut ni se tromper, ni tromper personne.

Être infaillible, c’est avoir le privilège de ne pouvoir se tromper soi-même ni tromper les autres en les enseignant ; de ne pouvoir se méprendre sur la vraie doctrine de Jésus-Christ, ni l’altérer de propos délibéré, et induire ainsi les fidèles en erreur. Dieu seul est infaillible par nature ; mais il a pu, par une grâce particulière, mettre à couvert de l’erreur ceux qu’il a envoyés pour enseigner les hommes ; il l’a pu, et nous allons voir qu’il l’a fait.

D : Pourquoi dites-vous que l’Église ne peut ni se tromper ni tromper personne ?
R : L’Église ne peut ni se tromper ni tromper personne, parce que Jésus-Christ a promis de l’assister d’une manière spéciale jusqu’à la fin du monde.

L’Église enseignante ne peut ni se tromper ni tromper personne, lorsqu’il s’agit de la foi et des mœurs, parce que Jésus-Christ a dit : « Allez, enseignez toutes les nations ; et voilà que je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la consommation des siècles. » Si Jésus-Christ, qui est la vérité même est toujours avec son Église, comment pourrait-elle enseigner l’erreur ?
Jésus-Christ a dit encore, en parlant à saint Pierre : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle » ; mais si l'Eglise pouvait se tromper ou tromper les fidèles en les enseignant, les portes de l'enfer prévaudraient contre elle ; car il faut entendre par portes de l'enfer la puissance du démon et tout ce que cet esprit de ténèbres et de mensonge emploie pour renverser la maison de Dieu, qui est l'Eglise.
Saint Paul appelle l'Eglise la colonne et le soutien de la vérité ; mais serait-elle la colonne et le soutien de la vérité, si jamais elle pouvait enseigner l'erreur ?
L’Église ne peut ni se tromper ni tromper personne ; il ne s’ensuit pas qu’il ne s’élèvera pas d’erreurs dans son sein ; mais ces erreurs n’iront jamais jusqu’à infecter toute l’Église, et elles ne tarderont pas à être condamnées, en sorte qu’elles n’ôteront point à l’Église l’enseignement de la vérité.

Saint Pie XD : Quelles sont les vérités que l’Église est chargée d’enseigner ?
R : L’Église est chargée d’enseigner toutes les vérités qu’elle a reçues de Jésus-Christ.

Jésus-Christ a dit à ses apôtres, et, en leur personne, à leurs successeurs légitimes dans l’exercice du saint ministère : Allez, enseignez ; ces paroles sont générales et ne renferment aucune exception, aucune restriction. « Je vous ai fait connaître, a dit encore le divin Sauveur, tout ce que j’ai appris de mon Père. Je vous envoie comme mon Père m’a envoyé ». L’Église est donc chargée d’enseigner aux fidèles toutes les vérités qu’elle a reçues de Jésus-Christ.

D : Où sont renfermées toutes les vérités que l’Église a reçues de Jésus-Christ ?
R : Dans l’Écriture sainte, qu’on nomme la Bible, et dans la Tradition.
D : Qu’entendez-vous par l’Écriture sainte ?
R : J’entends, par l’Écriture sainte, la parole de Dieu renfermée dans les Livres saints écrits sous l’inspiration du Saint-Esprit.

Toutes les vérités que l’Église a reçues de Jésus-Christ et qu’elle est chargée d’enseigner aux hommes sont contenues dans l’Écriture sainte et dans la Tradition.
L’Écriture sainte est la parole de Dieu renfermée dans des livres écrits par l’opération du Saint-Esprit : elle se divise en : Ancien Testament et en Nouveau Testament.
L’Ancien Testament se compose des livres saints qui ont été écrits avant la venue de Jésus-Christ. Testament veut dire la même chose qu'alliance, loi, promesse, et on donne le nom d’Ancien Testament aux livres dont nous venons de parler, parce qu’ils renferment l’alliance que le Seigneur fit autrefois avec son peuple.
Le Nouveau Testament, qui exprime l’alliance que Dieu a faite avec toutes les nations, se compose des livres saints qui ont été écrits depuis la venue de Jésus-Christ.
L’Ancien et le Nouveau Testament réunis s’appellent : la Bible. Bible signifie la même chose que livre ; on donne ce nom à la collection des livres saints, parce qu’on la regarde avec raison comme le livre par excellence.

D : Qu’entendez-vous par la Tradition ?
R : J’entends, par la Tradition, la parole de Dieu qui, sans être écrite dans les Livres saints, nous a été transmise par ceux qui l’ont reçue de vive voix de Jésus-Christ ou des apôtres.

Les apôtres n’ont pas écrit toutes les vérités qu’ils avaient apprises de leur divin Maître : il y en a un grand nombre qu’ils n’ont enseignées que de vive voix, à l’imitation de Jésus-Christ ; ces vérités ont passé des apôtres aux premiers évêques, et des premiers évêques à leurs successeurs, et ainsi de siècle en siècle jusqu’à nous ; c’est ce qu’on appelle la Tradition.
La Tradition est donc la parole de Dieu, qui nous est venue de bouche en bouche depuis les apôtres, et qui n’est point dans les livres inspirés par le Saint-Esprit. Nous ne devons pas craindre que cette parole non écrite, en passant par tant de bouches, ait pu s’altérer ou se corrompre, puisque Jésus-Christ a promis de ne jamais abandonner son Église et de ne jamais la laisser tomber dans l’erreur. Les enseignements de la Tradition sont contenus principalement dans les décrets des conciles et dans les ouvrages des Pères.

D : Sommes-nous aussi obligés de faire ce que l’Église nous commande ?
R : Oui, nous sommes aussi obligés de faire ce que l’Église nous commande.

Il y a, dans la doctrine de l’Homme-Dieu, deux choses bien distinctes : des vérités qu’il faut croire, et des maximes, des règles de conduite, auxquelles il faut se conformer ; c'est à son Eglise que Jésus-Christ a confié les unes et les autres ; il ne l’a pas seulement chargé aux fidèles les vérités qu’elle a reçues de lui, mais encore de leur apprendre à pratiquer tout ce qu’il a prescrit. Ainsi, non-seulement nous devons croire ce que l'Eglise enseigne, mais nous sommes aussi obligés de faire ce qu’elle nous commande.

St Francois XavierD : Pourquoi sommes-nous obligés de faire ce que l’Église nous commande ?
R : Parce que Jésus-Christ a dit à son Église : « Qui vous écoute m’écoute, et qui vous méprise me méprise ».

Écouter l’Église, c’est écouter Jésus-Christ ; mépriser l’Église, c’est mépriser Jésus-Christ. Ce divin Sauveur regarde comme fait à lui-même ce qu’on fait à ceux qui sont, ici-bas, ses ministres, ses représentants, ses ambassadeurs. Pouvait-il exprimer d’une manière plus énergique l’obligation où nous sommes de leur obéir et de faire tout ce qu’ils nous commandent ?. L'Eglise d'ailleurs n'est-elle pas son corps ? Et ne sommes-nous pas les membres dont il est le chef ?

D : Quels sont ceux qui, dans l’Église, sont chargés d’enseigner les fidèles ?
R : C’est le souverain Pontife, avec les évêques dispersés par toute l’Église, ou assemblés en concile au nom de Jésus-Christ.

Ceux qui, dans l’Église, sont chargés d’enseigner les fidèles sont :
1°) le souverain Pontife, qui a reçu de Jésus-Christ, dans la personne de Saint-Pierre, la fonction de paître les agneaux et les brebis, c’est-à-dire non-seulement les simples fidèles, mais les pasteurs eux-mêmes ;
2°) les évêques, que le Saint Esprit a établis pour gouverner l’Église de Dieu. Soit que le souverain Pontife et les évêques se réunissent en concile, au nom de Jésus-Christ ; soit que, sans concile, ils s’accordent à condamner telle erreur ou à proposer telle vérité comme un dogme de la foi catholique, leur décision a la même autorité, parce que l’Église universelle, soit assemblée, soit dispersée, est toujours également infaillible.

TRAITS HISTORIQUES

Saint Irénée, évêque de Lyon, qui avait été disciple de saint Polycarpe, disait à Florin, qui semait des dogmes contraires à ceux de l’Église Catholique : « Votre doctrine n’est pas celle des évêques qui ont été avant nous. Il me semble entendre le bienheureux Polycarpe nous raconter les entretiens qu’il avait eus avec saint Jean et les autres qui avaient vu le Seigneur, et nous faire le récit de ce qu’ils avaient appris de sa doctrine et de ses miracles. Je puis assurer devant Dieu que si ce saint évêque eût entendu la doctrine que vous enseignez il se serait bouché les oreilles, et se serait écrié, selon sa coutume : "Bon Dieu ! Ne m’avez-vous, réservé jusqu’à ce temps que pour entendre de telles choses ?" ; et à l’heure même Florin aurait pris la fuite. »

Nécessité d'une autorité enseignante

Mgr. de Cheverus (1768-1836), dans ses diverses prédications, s'attachait le plus souvent à bien établir et à inculquer en toutes les manières possibles la nécessité d'une autorité enseignante, pour fixer la foi du savant comme de l'homme simple. Pour en convaincre les protestants, il leur répétait souvent, dans les discours qu'il avait occasion de leur adresser, cette parole simple, mais qui produisait toujours grand fruit : « Tous les jours, mes frères, je lis comme vous l'Ecriture sainte, je la lis avec réflexion et prière, en invoquant l'Esprit-Saint, et cependant, presque à chaque page, je suis arrêté par des choses que je ne comprends pas ; j'ai besoin de l'autorité de l'Eglise pour m'en indiquer le sens et fixer ma foi à ce sujet. » Et l'auditoire faisait aussitôt l'application : « Si Mgr. de Cheverus, qui est bien plus savant que nous, ne comprend pas toute l'Ecriture sainte, comment nos pasteurs nous disent-ils qu'elle est pour chacun de nous une règle de foi parfaitement claire, intelligible par elle seule, sans aucun secours étranger ? ». De là Mgr. de Cheverus, après leur avoir fait sentir que le plus grand nombre des hommes ne peut point décider par lui-même sur le détail des dogmes, leur montrait la sagesse divine venant au secours de la faiblesse humaine par l'institution d'une autorité enseignante qui, tirant son origine de Jésus-Christ et des apôtres, est parvenue jusqu'à nous par une suite non interrompue de papes, de docteurs de l'Eglise, de conciles..., professant toujours et partout la même doctrine, sans aucune variation.

Hors de l'Eglise
point de salut
Accueil
Accueil
La communion
des saints


Portugal | Les voyants | Apparitions | 3è Secret | Procès | Opposants
Pie X | Prières | Pro-vie | Info | Forum | Librairie | Livre d'or | Links | Dons | Guide

Site protégé par le Copyright ©