Prieres et spiritualite

Accueil
|
Dieu
|
Sainte Vierge
|
Prières diverses
|
Exercices
|
Méditations
|
Messe
|
Catéchisme
SOMMAIRE

PETIT CATÉCHISME POUR ENFANTS

+ Dieu et la sainte
    Trinité
+ L'Incarnation
+ La Rédemption
+ L'homme
+ L'Eglise
+ Les vertus
    Théologales
+ Le Décalogue
+ Le péché
+ Les sacrements
+ La confession
+ La communion
+ La prière

CATÉCHISME POUR ADULTES

+ Le chrétien
+ Dieu
+ Les perfections
    de Dieu
+ La sainte Trinité
+ La création
+ Les Anges
+ L'homme
+ Chute de l'homme
+ Le péché originel
+ L'Incarnation
+ La vie de Jésus
+ La mort de Jésus
+ La Rédemption
+ Ensevelissement
+ Le Saint Esprit
+ L'Eglise
+ Les caractères
    de la vraie Église

+ Hors de l'Église
    point de salut
+ L'enseignement
    de l'Église
+ La communion
    des Saints
+ La mort
+ Vie surnaturelle
+ Résurrection et Jugement général
+ Symbole des
    Apôtres
+ Signe de la Croix

La morale et les péchés :

+ Les vertus
    Théologales
    + La Foi
    + L'Espérance
    + La Charité
+ Le Décalogue

Commandements
de Dieu :


+ Le premier
    commandement
+ Culte des Saints
+ Le second
    commandement
+ Le troisième
    commandement
+ Le quatrième
    commandement
+ Le cinquième
    commandement
+ Le sixième
    commandement
+ Le septième
    commandement
+ Le huitième
    commandement
+ Le 9 et 10 ème
    commandement

Commandements
de l'Eglise :


+ Etude préliminaire
+ Trois premiers
    commandements
+ Le quatrième
    commandement
+ Le 5 et 6 ème
    commandement
+ Le Péché
+ Péchés capitaux
    + L'orgueil
    + L'avarice
    + La luxure
    + L'envie
    + La gourmandise
    + La colère
    + La paresse

La Grâce,
les Sacrements,
la prière


+ La Grâce
+ Les Sacrements
+ Le Baptême
+ Les promesses
    du Baptême
+ La Confirmation
+ Cérémonie de
    Confirmation
+ L'Eucharistie
+ La communion
+ La Messe
+ La Pénitence
+ Examen de
    Conscience
+ La Contrition
+ Le bon Propos
+ La Confession
+ L'Absolution
+ La Satisfaction
+ Les Indulgences
+ Extrême Onction
+ L'Ordre
+ Le mariage
+ La prière
+ L'oraison
    dominicale

+ La Salutation
    Angélique

+ L'exercice du
    chrétien



+ Faire un don

ENSEIGNEMENT

CATÉCHISME POUR LES ADULTES

.

DIX-SEPTIÈME LEÇON


LES CARACTÈRES DE LA VRAIE ÉGLISE

Saint Pie XDEMANDE : Peut-on reconnaître l'Église de Jésus-Christ à des marques certaines ?
RÉPONSE : Oui, car l'Église de Jésus-Christ doit être une, sainte, catholique ou universelle, et apostolique.

Il y a sur la terre plusieurs sociétés qui portent le nom d'Église ; il y a l'Église Protestante, l'Église Grecque, l'Église Romaine, etc. Laquelle est la véritable Église de Jésus-Christ ? Comme ce n'est que dans l'Église catholique que nous pouvons trouver le salut et la vie, sans doute Jésus-Christ, qui veut le salut de tous les hommes, nous a donné des marques pour la reconnaître. Quelles sont ces marques ? quels sont les caractères qui distinguent la véritable Église de toutes les Église fausses ? Il y en a quatre :
— l'unité,
— la sainteté,
— la catholicité ou universalité,
— l'apostolicité ;
L'Église de Jésus-Christ doit être une, sainte, catholique ou universelle, et apostolique.

D : Pourquoi l'Église doit-elle être une ?
R : L'Église doit être « Une » parce que Jésus-Christ n'a enseigné qu'une seul doctrine, et n'a établi qu'un seul corps de pasteurs et de fidèles.

Jésus-Christ a puisé dans le sein de son Père les Vérités qu'Il a révélées aux hommes, et Il n'a pas révélé le pour et le contre : c'eût été se contredire Lui-même ; on ne trouve point en Lui, dit le grand apôtre, le oui et le non. Ainsi :
1°) Jésus-Christ n'a enseigné qu'une seule doctrine ;
2°) Jésus-Christ n'a établi qu'un seul corps de pasteurs et de fidèle ; Il s'en est clairement expliqué, lorsque, parlant des nations à qui il devait faire connaître la vraie religion, Il disait aux juifs : « J'ai d'autres brebis qui ne sont point de cette bergerie, et il faut que je les amène, et elles entendront ma voix, et il n'y aura plus qu'un bercail et qu'un pasteur » (Jean X,13).
Puisque Jésus-Christ n'a enseigné qu'une seule doctrine et n'a établi qu'un seul corps de pasteurs et de fidèles, il s'ensuit que l'Église de Jésus-Christ est essentiellement une, c'est-à-dire que tous les membres qui la composent ne forment qu'un même corps dont toutes les parties sont parfaitement unies entre elles.
Les liens qui unissent ainsi dans un seul corps tous les membres de l'Église de Jésus-Christ sont, comme nous venons de le dire, l'unité de doctrine, qui consiste en ce que partout et toujours on croit les mêmes vérités ; puis, l'unité de gouvernement, qui consiste en ce que partout et toujours on reconnaît les mêmes pasteurs.

D : Pourquoi doit-elle être sainte ?
R : L'Église doit être sainte, parce que Jésus-Christ, la sainteté même, n'a pu enseigner qu'une doctrine sainte, et établir qu'une société sainte.

Une doctrine qui ne serait pas sainte, qui flatterait l'égoïsme, la sensualité, l'orgueil, et favoriserait les passions, une telle doctrine serait indigne de Jésus-Christ. Celui qui est la sainteté même n'a pu enseigner qu'une doctrine sainte et pure, propre à rendre les hommes vertueux et juste, et à les porter à Dieu, en leur donnant une haute idée de ses perfections infinies, de sa justice, de sa bonté, de son amour... Jésus-Christ n'a pu établir qu'une société sainte, non pas dans ce sens que tous les membres qui la composent soient saints, autrement il n'y aurait jamais eu de véritable Église : dans tous les temps il s'est trouvé des chrétiens qui profanaient par leurs vices le caractère sacré qu'ils avaient reçu au baptême ; mais une société au sein de laquelle se trouvât tout ce qui est nécessaire pour former des saints, qui comptât constamment des saints parmi ses membres, et dont tous fussent appelés à la sainteté et eussent à leur disposition les moyens nécessaires pour y parvenir. Telle est la société que Jésus-Christ a établie : « Le Christ a aimé l'Église, dit saint Paul, et s'est livré Lui-même pour elle, afin de la sanctifier » (Eph. 5,25). La véritable Église, l'Église de Jésus-Christ, doit donc être sainte.

Saint BernardD : Pourquoi doit-elle être catholique ?
R : L'Église doit être catholique ou universelle, parce que Jésus-Christ, voulant sauver tous les hommes, a dû leur offrir des moyens de salut pour tous les temps et pour tous les lieux.

Catholique signifie universel, et la vraie Église porte ce nom, parce qu'elle s'étend à tous les temps et à tous les lieux.
1°) Elle s'étend à tous les temps, c'est-à-dire qu'elle a toujours existé depuis le commencement du monde, et qu'elle continuera d'exister jusqu'à la consommation des siècles. Il est bien vrai que l'Église, considérée dans sa forme extérieure, et en tant qu'elle est l'assemblée des fidèles gouvernée par le Pape et les évêques, n'existe que depuis Jésus-Christ, son fondateur ; mais en considérant l'Église en elle-même et dans sa substance, c'est-à-dire en tant qu'elle est la société de tous les fidèles et de tous les justes de tous les temps, qui composent un même corps dont Jésus-Christ est le chef, on peut dire qu'elle remonte au berceau du genre humain. Adam depuis sa conversion, Abel, Seth et ses descendants, Noé, Sem, Abraham et tous les patriarches, Moïse et son peuple ; en un mot, tous les adorateurs du vrai Dieu, qui vivaient avant Jésus-Christ, appartenaient à l'Église, parce qu'ils avaient au fond la même foi que l'Église : et le Sauveur dont ils attendaient la venue et qu'ils appelaient par leurs vœux, bien qu'ils ignorassent encore son nom, était le même Jésus-Christ que l'Église adore depuis qu'Il est venu.
2°) La vraie Église s'étend à tous les lieux, c'est-à-dire qu'il n'est point de lieu, de pays, de ville, de royaume, ni d'empire dans le monde, où sa doctrine et sa foi n'aient été, ne soient ou ne doivent être connues et professées. Jésus-Christ a envoyé ses apôtres enseigner toutes les nations, et annoncer l'Évangile à toute créature. Aussi, dès qu'ils se furent partagé le monde pour y prêcher les Vérités, on ne tarda pas à voir leur doctrine et leur foi répandues dans l'Asie, chez les Parthes, dans les Indes, en Égypte, à Rome et dans l'Italie, en Espagne, dans les Gaules, et non-seulement dans tout l'empire romain, mais jusque dans la Grande-Bretagne et la Germanie, que les Romains ne connaissaient guère encore que de nom, et chez des nations, dans des îles qui leur étaient tout à fait inconnues ; tellement que saint Irénée, qui touchait presque au temps des apôtres, ne craignait point de dire que de son temps l'Église était répandue dans tout l'univers. C'est donc par son étendue que toujours on a reconnu et qu'on reconnaîtra toujours la véritable Église ; et toute société séparée de cette Église universelle, et renfermée dans un coin du monde, ne peut être la véritable Église ; celle-ci est partout où se trouvent les hérétiques, mais les hérétiques ne sont pas partout où elle est, et elle est où ils ne sont pas ; elle s'étend à tous les temps et à tous les lieux, à tous les hommes, parce que, ayant pour auteur Jésus-Christ, le nouvel Adam, qui est venu sur la terre pour sauver ceux que le premier avait perdus, elle ne doit exclure personne, et s'étendre, par conséquent, à tous les temps, à tous les lieux et à tous les êtres.

D : Pourquoi dites-vous qu'elle doit être apostolique ?
R : L'Église doit être apostolique, parce qu'elle ne peut tenir sa doctrine et ses pouvoirs que des apôtres qui, seul, les ont reçus de Jésus-Christ, pour les transmettre à leurs successeurs.

Ce sont les apôtres, et les apôtres seuls, que Jésus-Christ a chargés de prêcher et de propager sa doctrine : « comme mon Père m'a envoyé, leur a-t-il dit, ainsi moi je vous envoie (Jean XX,21) ; allez, enseignez toutes les nations (Matthieu XXVIII,19) ». Il leur a promis en même temps d'être avec eux jusqu'à la consommation des siècles ; il a donc voulu que la mission qu'il leur donnait fût perpétuelle et durât autant que l'Église, et que par eux, et par eux seuls, elle fût transmise à d'autres, telle qu'ils l'avaient reçue de leur divin maître. Par conséquent toute Église qui n'est pas apostolique, qui, par une succession non interrompue ne remonte pas jusqu'aux apôtres, qui ne tient pas des apôtres la doctrine qu'elle enseigne et les pouvoirs qu'elle exerce, n'est point l'Église de Jésus-Christ.

D : Quelle est la société chrétienne qui réunit tous ces caractères ?
R : L'Église Romaine seul est une, sainte, catholique et apostolique, et par conséquent, la véritable Église de Jésus-Christ.
D : Qu'entendez-vous par l'Église romaine ?
R : J'entends par l'Église Romaine celle qui reconnaît pour son chef visible le Pape, dont le siège est établi à Rome.
D : Pourquoi dites-vous que l'Église Romaine seul est une ?
R : Parce que l'Église Romaine est la seule dont tous les membres professent la même doctrine et obéissent au même chef.

Dans les autres sociétés chrétiennes, tout est incertain, chancelant, entaché d'inconstance, de variation, d'instabilité dans la doctrine : on ne croit plus aujourd'hui ce qu'on croyait hier, et demain on ne croira plus ce qu'on croit aujourd'hui. Les protestants, par exemple, les grecs eux-mêmes sont divisés en plusieurs clans, dont les uns admettent ce qui est rejeté par les autres ; ils n'ont donc point l'unité de doctrine. Ils n'ont point non plus l'unité de gouvernement : les grecs reconnaissent pour chef : les uns, le patriarche d'Antioche et de tout l'Orient ; d'autres, le patriarche de Jérusalem et de toute la Palestine ; d'autres le patriarche d'Alexandrie et de la terre d'Égypte, etc. Les protestants n'ont point non plus de chef visible qui les réunisse : les uns ont pour maîtres spirituels les princes de la terre, d'autres sont sous la direction des consistoires, c'est-à-dire de certains conseils composés de simples laïcs qu'on appelle ministres. Dans l'Église Romaine, au contraire, tout est uniforme, fixe, arrêté, invariable ; partout on professe la même doctrine, et ce qu'on croit aujourd'hui, on le croyait il y a dix-neuf siècles ; partout on ne reconnaît qu'un même chef invisible, qui est Jésus-Christ, et un même chef visible qui est le Pape, successeur de saint Pierre. L'Église Romaine est donc la seule qui soit une.

Notre Dame de Knock en IrlandeD : Pourquoi dites-vous que l'Église Romaine seule est sainte ?
R : Parce qu'elle est la seule qui ait une doctrine et des membres dont la sainteté soit prouvée par des miracles.

On entend par miracle, une œuvre sensible, indépendante de l'ordre de la nature, ou contraire à cet ordre : comme la résurrection d'un mort, la guérison subite d'une maladie invétérée, etc. Un miracle ne peut s'opérer que par l'action immédiate, ou avec la permission expresse de Dieu, auteur et conservateur de la nature : Dieu seul a la puissance de déroger aux lois qu'il a établies pour la bonne marche du monde. Ainsi, dès qu'il arrive un miracle, Dieu agit et fait connaître sa puissance ; dès qu'un homme se dit envoyé de Dieu, et qu'en même temps, pour le prouver, il guérit par la seule parole les malades et ressuscite les morts, on doit ajouter foi à ses discours et être persuadé qu'il ne dit que la vérité. Or, un grand nombre de miracles ont été opérés dans l'Église Romaine, en faveur de la doctrine. Ah ! il est facile de comprendre qu'elle ne vient pas des apôtres, et jamais un homme sensé ne s'imaginera que les apôtres aient enseigné que la pénitence et les bonnes œuvres sont inutiles ; et que, pourvu qu'on ait la foi, on ne peut plus perdre la justice, lors même qu'on se livrerait aux plus grands excès.
L'Église Romaine est donc la seule qui soit apostolique ; elle est aussi la seule qui soit une, sainte et catholique : elle est donc la seule qui réunisse les caractères que doit avoir l'Église de Jésus-Christ ; elle seule est, par conséquent, la véritable Église, hors de laquelle il y a point de salut.

D : Comment appelle-t-on ordinairement la véritable Église de Jésus-Christ ?
R : On l'appelle ordinairement l'Église Catholique ou l'Église Romaine.

Au milieu de toutes les croyances, l'Église Romaine conserve le vrai nom de religion catholique, que ne lui refusent pas même ses ennemis. Si, vous trouvant à Londres, par exemple, vous demandiez où s'assemblent les catholiques, soyez persuadés que celui à qui vous feriez cette question, fût-il le protestant le plus zélé, ne vous conduirait jamais dans un temple protestant. A Londres comme à Paris, les membres de l'Église Romaine sont connus sous le nom de catholiques ; il en est de même partout ; il en a été de même dans tous les temps ; jamais aucune secte hérétique n'a pu dépouiller l'Église Romaine de ce titre, ni le partager avec elle.
D'après tout ce qui vient d'être dit, il vous est facile de vous convaincre que vous êtes de la véritable Église ; il suffit pour cela que vous fassiez ce simple raisonnement : le prêtre de ma paroisse est en communion(1) avec Mgr. l'Évêque ; Mgr. l'Évêque est en communion avec le Pape, successeur de saint Pierre ; saint Pierre a été établi par Jésus-Christ chef de son Église : étant donc en communion avec le prêtre de ma paroisse, il est évident que je suis de la véritable Église.

TRAITS HISTORIQUES

Saint Pierre est représenté comme prince des apôtres et chef de l'Église par les anciens monuments du christianisme. Un des plus remarquables est une lampe d'airain trouvée dans les fouilles du mont Cœlius. Cette lampe, qui a la forme d'un navire, représente Pierre à la poupe, tenant en main le gouvernail, et Paul à la proue, ayant l'attitude de l'orateur, de chef de la parole, selon l'expression des actes. Un personnage s'adressant au grand pape, Benoît XIV, lui disait : « Ce monument n'a-t-il pas, pour établir la primauté de saint Pierre sur toute l'Église, la valeur d'un éloquent volume composé dans les temps antiques ? ».

Un protestant qui se fait catholique ne change point de religion, il ne fait que rentrer dans celle que ses pères avaient eu le tort de quitter. Il y a à ce sujet une bien belle réponse d'un catholique établi dans un pays protestant: comme on lui demandait s'il n'éprouverait pas de peine de voir ses cendres mêlées avec celles de gens qu'il regardait comme hérétiques : « Non, répondit-il ; je demanderai seulement qu'on creuse plus avant, et elles se trouveront réunies à celles des catholiques. »

___________________

(1) Communion : croyance uniforme de plusieurs personnes qui les réunit sous un même chef, dans une même Église.


L'Eglise Accueil
Accueil
Hors de l'Eglise
point de salut


Portugal | Les voyants | Apparitions | 3è Secret | Procès | Opposants
Pie X | Prières | Pro-vie | Info | Forum | Librairie | Livre d'or | Links | Dons | Guide

Site protégé par le Copyright ©