Forum

Site de référence des Apparitions de la Sainte Vierge à Fatima
          Accueil

+ Le Portugal

+ Les voyants

+ Les apparitions
     à Fatima

+ Les apparitions
     à Pontevedra

+ Les apparitions
     à Tuy

+ Troisième secret

+ Le Procès

+ La critique

+ Actualités

+ Spiritualité

+ Saint Pie X

+ Droit à la vie

+ Librairie

+ Forum

+ Livre d'or

+ Liens

+ Mises à jour

+ Aide

+ Courriel

+ Annonces

+ Faire un don

FORUM ET DÉBATS

DROIT D'EXPRESSION

.

Contribution : n° 31
Date : 30/06/2007
Nom : Jacques Cosson
Sujet : Le péché collectif

LE PÉCHÉ COLLECTIF

  « Il se commet beaucoup et de trop grands péchés dans le monde. Si les hommes savaient ce que c'est que l'éternité, ils feraient tout pour changer de vie... Les hommes se perdent parce qu'ils ne pensent pas assez à la mort de Notre-Seigneur et qu'ils ne font pas pénitence ».

Jacinta Marto, en février 1920,
à l'hôpital de Dona Stefania

Par « péché », on entend presque toujours la faute individuelle, personnelle. Il était assez difficile aux petits pastoureaux de s'élever à la notion de péché collectif, social, national. Et pourtant lorsqu'elle parle des « grands péchés qui se commettent dans le monde », il semble bien que Jacinthe pense à ces désordres moraux qui sont dus à la pression sociale, laquelle est plus que jamais puissante à notre époque de « socialisation » intensive.

Certains théologiens répugnent à admettre cette notion de péché collectif, le péché étant par essence le fait de la responsabilité individuelle. Et pourtant, il est difficile de refuser le nom de péché à des activités humaines opposées à l'ordre divin sous prétexte qu'elles sont exercées par un grand nombre d'hommes, serait-ce par la généralité. Ces désordres qui sont dus plutôt à un état d'esprit collectif, à une manière générale de vivre, qu'à des défaillances personnelles, n'en sont pas moins des violations de la loi divine et sans doute, faut-il penser que Notre-Dame voudrait en purifier le monde aussi bien que du péché individuel dont ils propagent la contagion.

Lorsque sur son lit de mourante, Jacinthe disait que les guerres sont le châtiment des « péchés du monde », il s'agissait de ces sortes de désordres contre lesquels la justice divine est impuissante dans l'autre monde où les collectivités ne sauraient, en tant que telles, recevoir ni récompense ni châtiment, alors que la Providence peut, dès ici-bas, les récompenser par une paix prospère, ou bien les punir par la guerre homicide et ruineuse. C'est là un enseignement de la Bible à toutes ses pages, enseignement que, dans l'Évangile, Notre-Seigneur illustre et confirme par sa prophétie de la ruine de sa propre nation par les armées romaines.

Qui niera que le phénomène moderne de la déchristianisation des masses ne soit cause d'innombrables manquements aux commandements divins ? Et comment supposer que Notre-Dame n'a pas voulu y porter remède en nous faisant prier et nous mortifier pour que les âmes ne soient plus souillées, blessées, par ces fléaux que sont : la pornographie de la presse et du cinéma, le laïcisme persécuteur, le communisme athée, le racisme haineux, le capitalisme matérialiste, l'immoralité dans le port des vêtements, les lois contraires à la sainteté du mariage, etc ?...

En tout cas, Jacinte avait compris que ces « grands péchés » étaient aussi la cause de l'angoisse du Cœur Immaculé de la céleste Visiteuse qui lui apparut jusque dans l'hôpital lisbonnais, puisqu'elle offrait ses souffrances pour expier « les modes qui offensent beaucoup Notre-Seigneur, les mariages qui ne sont pas de Dieu, les persécutions contre l'Église, etc... » ainsi que cela ressort des paroles que nous a conservées de sa petite pensionnaire, la bienfaitrice de ses derniers jours, Sœur Marie Purification Godinho.

Puissent tous les chrétiens qui entendent le message de Notre-Dame de Fatima avoir dans leur cœur la même obsession du péché et de ses tristes conséquences qu'Elle avait su inspirer à ses petits disciples ! Puissent-ils avoir le même souci que François pour se débarrasser de leurs fautes et le même zèle que sa sœur pour expier celles qui se commettent dans le monde !

Extraits du livre du Père Barthas : « Ce que la Vierge nous demande »
Ed. Fatima, 1966, pp. 50-52.

Retour
Retour



Site protégé par le Copyright ©