Forum

Site de référence des Apparitions de la Sainte Vierge à Fatima
          Accueil

+ Le Portugal

+ Les voyants

+ Les apparitions
     à Fatima

+ Les apparitions
     à Pontevedra

+ Les apparitions
     à Tuy

+ Troisième secret

+ Le Procès

+ La critique

+ Actualités

+ Spiritualité

+ Saint Pie X

+ Droit à la vie

+ Librairie

+ Forum

+ Livre d'or

+ Liens

+ Mises à jour

+ Aide

+ Courriel

+ Annonces

+ Faire un don

FORUM ET DÉBATS

DROIT D'EXPRESSION

.

Contribution : n° 23
Date : 25/11/2005
Nom : MM. Van Es (Chine)
Sujet : Fatima contre l'enfer

FATIMA CONTRE L'ENFER

  « Si l’on fait ce que Je vous dirai, beaucoup d’âmes se sauveront et l’on aura la paix ». La Sainte Vierge à Fatima le 13 juillet 1917.

La Sainte Vierge, à Fatima, le 13 juillet 1917

Pense-t-on assez à l’enfer ?
La réponse à cette question extrêmement grave est simple : « non ».

Il n’y a pas de mystère plus effrayant, qui mérite continuellement notre attention à tous, que cette vérité éternelle de l’existence de l’enfer. Dans l’Écriture Sainte, on ne trouve pas moins de soixante-dix textes traitant de l’enfer, et Notre Seigneur, dans sa vie publique, a parlé vingt-cinq fois de l’enfer, de façon très catégorique. Afin d’inculquer aux hommes la crainte salutaire de l’enfer, il a dit : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et ne peuvent pas tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr le corps et l’âme dans la géhenne » (Mat 10, 28). Et il nous a révélé aussi, qu’au jugement dernier, Il prononcerait la condamnation irrévocable en sa qualité de Juge éternel : « Retirez-vous de moi, maudits, allez au feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges ! » (Mat 25, 41). « Et ceux-ci s’en iront à l’éternel supplice » (Mat 25, 46). Et ce supplice sera épouvantable. Pour toute l’éternité, non seulement ils seront privés de la vision béatifique de Dieu, mais ils devront encore souffrir éternellement dans un océan de feu inextinguible, en compagnie des démons pleins de haine et des damnés sans espoir.

Les souffrances de l’enfer sont éternelles et c’est cela qui le rend si épouvantable. Un Jésuite hongrois qui a travaillé, pendant dix-sept ans, comme missionnaire en Chine, est venu en 1956, en pèlerinage à Fatima. Il a raconté qu’il avait, à trois reprises différentes, expulsé le démon, en Chine. Une fois, celui-ci avait crié « Éternité ! Éternité ! Éternité ! ». Oui c’est surtout sa durée éternelle qui rend l’enfer si redoutable. Je vois passer les siècles. Je compte mille ans, cent mille ans, cent millions d’années, autant de fois un million d’années qu’il y a de feuilles aux arbres, de grains de sable sur la plage, de gouttes d’eau dans l’océan. Et après ce nombre incalculable d’années, je me trouve toujours sur le seuil de l’éternité.

L’éternité de l’enfer est un mystère redoutable, une vérité infaillible de notre foi qui ne laisse aucun doute. À cause de cela, on s’attendrait à ce que les hommes épris de vérité, en parlent continuellement et écrivent sans cesse à ce sujet. On s’attendrait aussi à ce que du moins les catholiques fassent leur possible pour préserver leur prochain, les pauvres pécheurs, du désastre irréparable de la damnation éternelle.

Le Christ n’a-t-il pas donné l’exemple à ses prêtres en prêchant souvent sur l’enfer ? Le Pape Pie XII désire aussi que, du haut de la chaire de vérité, ce mystère de l’enfer soit prêché. Lors de l’audience aux prédicateurs de Carême, en l’an 1949, le Saint-Père a ajouté : « L‘Église a, devant Dieu et devant les hommes, le saint devoir de prêcher l’enfer. Cette obligation lie chaque prêtre dans le ministère ordinaire et extraordinaire ; aux prêtres, en effet, incombe la tâche d’instruire, d’exhorter et de guider les fidèles ».

Satan, avec ses satellites, a obtenu que les hommes ne croient plus en lui ni à l’enfer, et n’en parlent plus. Beaucoup de catholiques n‘aiment pas entendre parler de l’enfer et traitent de peu moderne un prédicateur qui en parle dans son sermon.

Mais, qu’advient-il ? Marie, voyant, du haut du ciel, la plupart des hommes, tous ses fils, suivre la voie de l’infidélité et de l’immoralité qui conduit irrévocablement à l’abîme de l’enfer, descend sur la terre pour leur rappeler cette grave réalité.

Le 13 juillet 1917, Elle apparaît à Fatima, au Portugal, à trois jeunes enfants innocents, de 7, 9 et 10 ans, et leur montre, durant quelques instants, le feu éternel et les souffrances des damnés. Et quand ces enfants se tournent vers Marie après cette vision effroyable, Elle leur dit ces paroles immortelles : « Vous avez vu l’enfer où vont aboutir les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé ».

Dans son Encyclique du 29 juin 1943 sur le Corps Mystique du Christ, le Saint-Père a rappelé que le Christ a mérité toutes les grâces pour tous les hommes, mais — il le dit explicitement — Dieu, en sa sagesse et sa bonté, a fait dépendre la distribution de ces grâces de la coopération de son Église et, en même temps des chrétiens eux-mêmes. Mystère redoutable, qu’on ne méditera jamais assez : le salut de beaucoup d’hommes dépend des prières et des oeuvres de pénitence des membres du Corps Mystique de Jésus-Christ. Et, à Fatima, Marie dira, le 19 août 1917, aux petits voyants : « Priez, priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs car beaucoup d’âmes vont en enfer, parce qu'il n‘y a personne qui se sacrifie ni prie pour elles ».

Si nous ne faisons pas notre devoir envers nos frères et nos soeurs, nous péchons par omission, et nous sommes la cause — par notre négligence — que beaucoup de pécheurs ne se convertissent pas et se perdent pour toujours.

N’oublions pas la parole de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus : « Nous n’avons que le jour de notre vie pour sauver les âmes ! ». Et gravons dans notre âme la parole de saint Chrysostome : « Coopérer au salut des âmes est l’oeuvre la plus divine ! ».

Pensons avant tout à l’essence du Message de Notre-Dame de Fatima : « Dieu veut voir établir la dévotion à mon Coeur Immaculé pour sauver les pécheurs ». Si nous agissons selon ce Message, nous serons de vrais pêcheurs d’hommes et de bons samaritains, dans le vrai sens du mot.

M.M. Van Es, Missionnaire du Verbe Divin.

Extraits d’un article paru dans « la Voix de Fatima » du 13 août 1957,
journal officiel du Sanctuaire de Fatima.

« Ô mon Jésus, pardonnez-nous, préservez-nous du feu de l’Enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes et secourez principalement celles qui en ont le plus besoin » (Formule de prière demandée par la Sainte Vierge à Fatima, à intercaler entre chaque dizaine de chapelet).

« Si les hommes savaient ce qu’est l’Éternité, ils feraient tout pour changer de vie ». (Paroles des Voyants de Fatima).

Fatima est un écho de l’Évangile : « Que sert à l’homme de gagner l’univers s ‘il vient à perdre son âme ? ». (Mat 16,26).

Et de saint Paul : « Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement ». (Ph 2, 12).

Retour
Retour



Site protégé par le Copyright ©