Forum

Site de référence des Apparitions de la Sainte Vierge à Fatima
          Accueil

+ Le Portugal

+ Les voyants

+ Les apparitions
     à Fatima

+ Les apparitions
     à Pontevedra

+ Les apparitions
     à Tuy

+ Troisième secret

+ Le Procès

+ La critique

+ Actualités

+ Spiritualité

+ Saint Pie X

+ Droit à la vie

+ Librairie

+ Forum

+ Livre d'or

+ Liens

+ Mises à jour

+ Aide

+ Courriel

+ Annonces

+ Faire un don

FORUM ET DÉBATS

DROIT D'EXPRESSION

.

Contribution : n° 22 — n° 22a — n° 22b
Date : 27/06/2005
Nom : (France)
Sujet : La sécurité sociale n'a jamais remboursé l'avortement.

LA SÉCURITÉ SOCIALE
N'A JAMAIS REMBOURSÉ L'AVORTEMENT

L'association SOS MAMANS (UNEC), dans sa dépêche RU 24/2005 du 21 juin 2005, nous relate que « les jeunes filles en France qui veulent avorter contre ou sans l'avis de leurs parents, peuvent le faire sous un numéro gratuit de la Sécurité Sociale seulement connu par les médecins et sage-femmes de la mort. Il s'agit du numéro 2.55.55.55.951.030. Mais quand une jeune fille ne veut pas avorter, contre l'avis de ses parents qui veulent qu'elle tue son bébé, alors là, la jeune fille se trouve totalement démunie, extorquée, rackettée. Puisque les parents ne sont pas coopératifs — et refusent l'utilisation de leur numéro de Sécurité Sociale —, il faut que la jeune, souvent collégienne ou lycéenne, paye tout de sa poche pour sauver son bébé : consultation du médecin, médicaments, échographie (53 Euro !), etc. Là il n'y a plus de numéro gratuit de la Sécurité Sociale mise à disposition par l'État avorteur. On voit là tout le pharisaïsme du système 'libre choix' : tout est libre, sauf le choix positif du bébé, de la vie. Une 'Liberté' pour choisir... uniquement la mort ! »

Je ne sais pas ce que valent les infos habituelles de l'UNEC, mais là, l'association en question raconte un peu n'importe quoi !
Même le site du Planning Familial [comme tous les autres sites féministes d'ailleurs qui l'affirment en chœur tout en n'étant pas forcément d'accord sur la date de leur soi-disant victoire] raconte des âneries…

La vérité, la voici : La Sécu n'a jamais remboursé l'avortement…
Eh non ! La Sécurité Sociale est financée par des cotisations que paient employeurs et employés et qui sont retenues à chaque fin de mois sur les salaires.

L'avortement est financé par les impôts.
A meilleure preuve lorsqu'en 1982 le gouvernement socialiste annonça fièrement que l'assassinat des petits enfants dans le ventre de leur mère serait dorénavant remboursé, les mouvements anti-avortement se sont tous précipités pour vous demander de déduire 2 % de vos impôts lors du règlement de ceux-ci. Personne ne vous a jamais demandé de déduire quoi que ce soit de vos cotisations « sécu »…

Comment se passe l'acte et le remboursement de l'avortement ?
Chaque parturiente qui veut cesser de l'être — quelle que soit son âge [mineure ou pas], sa condition sociale — est traitée de la même façon.
Contrairement à ce qu'affirment certaines associations familiales — même s'il y a souvent des dérapages — il est important de savoir qu'une enfant mineure qui ne veut pas avorter malgré la volonté de ses parents de l'y contraindre peut absolument refuser de le faire et demander aux services sociaux de l'aider dans ce sens.
Et si ceux-ci se montrent de mauvaise foi, les dites associations familiales sont justement là pour veiller à faire respecter la loi.

Dans tous les cas, l'avortement est totalement anonyme et la Sécurité Sociale ne saura jamais qui a avorté.
Chaque jour un message est adressé aux CPAM [Caisse Primaire d'Assurance Maladie — la Sécu pour les néophytes…] précisant le nombre exact d'avortements effectués par l'établissement — souvent l'Hôtel-Dieu, comme par hasard… — sans jamais préciser ni l'identité ni le moindre numéro de Sécurité Sociale de l'avortée.
Le chiffre réceptionné est envoyé ensuite régulièrement au Centre des Impôts qui se chargera de régler directement l'établissement hospitalier concerné. La Sécu ne joue donc le rôle que du facteur. C'est comme si vous teniez votre facteur responsable à chaque fois qu'il vous amène votre facture des impôt ou d'EDF...
A titre d'information, et pour vous donner un ordre d'idée, en Ille & Vilaine — département breton — il se réalise une moyenne de 7 avortements par jour… Soit 210 par mois… Soit plus de 2 500 par an… soit environ 75 000 depuis la loi scélérate dite loi Veil. Sans commentaires…
Si on multiplie par 95 départements, on arrive largement au dessus de 7 000 000 de victimes sur le territoire métropolitain.
Tout est traité par informatique et personne ne peut prétendre « à la Sécu » avoir contribué au remboursement du moindre avortement.

Alors arrêtez d'essayer de donner mauvaise conscience aux quelques employés de sécu qui sont encore catholiques. Ils ne sont pas déjà suffisamment nombreux comme cela et ont déjà à subir suffisamment d'avanies de la part de leurs collègues qui les traitent souvent de fachos parce qu'ils vont à la messe le dimanche…
Amis Catholiques, ne vous faîtes pas plus bêtes que la moyenne nationale qui n'est pas déjà bien élevée d'avance, hélas ! Essayez plutôt de relever le niveau…

Profitez-en également — et pour les mêmes raisons de financement — de cesser de les traiter de fonctionnaires car ils ne le sont pas non plus. Ils ne sont même pas assimilés…

La Sécurité Sociale est une entreprise privée au service de l'État.
Seuls les quelques centaines de salariés de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie [CNAM] qui travaillent en plein coeur de Paris sont fonctionnaires.
Sur 180 000 personnes, cela ne fait pas une grosse moyenne, avouons-le…
Et ils ne sont en aucune façon exempts de payer des cotisations, bien au contraire…

Pourquoi cette petite mise au point ? Tout bonnement parce qu'ayant bossé — Si ! Si ! Si ! Il y en a quand même quelques-uns qui y bossent et qui sont faciles à repérer car ils sont toujours les derniers à bénéficier d'une promotion — pendant plus de 26 ans dans l'établissement concerné j'ai eu droit régulièrement — notamment à la sortie de certaines chapelles — aux qualificatifs aimables d'assassin ou d'avorteur…

Le temps ne fait rien à l'affaire... — Pauvre France !…

Christophe Hayère                     
Association Saint Christophe  Ouvre une nouvelle fenetre



retour
Retour
au Forum
suivant
Réaction
cet article



Site protégé par le Copyright ©