Forum

Site de référence des Apparitions de la Sainte Vierge à Fatima
          Accueil

+ Le Portugal

+ Les voyants

+ Les apparitions
     à Fatima

+ Les apparitions
     à Pontevedra

+ Les apparitions
     à Tuy

+ Troisième secret

+ Le Procès

+ La critique

+ Actualités

+ Spiritualité

+ Saint Pie X

+ Droit à la vie

+ Librairie

+ Forum

+ Livre d'or

+ Liens

+ Mises à jour

+ Aide

+ Courriel

+ Annonces

+ Faire un don

FORUM ET DÉBATS

DROIT D'EXPRESSION

.

Contribution : n° 15
Date : 24/07/2003
Nom : Jean-Louis Mangin et Camille Pierron (France)
Sujet : « Revue de presse après la publication du troisième Secret de Fatima » — I

L'INATTENDU « TROISIÈME SECRET » DE FATIMA
(Ce que nous apprend une revue de presse, après sa publication, le 26 Juin 2000)

Chapitre 1
«  CE N'EST PAS EXACTEMENT CE QUE NOUS ATTENDIONS ! »

Le malaise et la désorientation

Lorsque, le 26 Juin 2000 au soir, nous avons pris connaissance du dossier publié par le Vatican après la conférence de presse du Cardinal Ratzinger et de Monseigneur Bertone, nous avons éprouvé un choc émotionnel suivi d'un abattement physique qui nous a laissés sans réactions et sans forces pendant plus de 24 heures.

Car, comme nous l'a si bien écrit, quelques jours plus tard, un des meilleurs spécialistes du Message de Fatima dans une lettre où perçait son désarroi : « Ce n'est pas exactement ce que nous attendions, à savoir un texte comportant des paroles claires dans LA CONTINUITÉ des deux autres parties déjà connues et évoquant la crise de la foi dans l'Église. Or le Saint-Siège nous présente une vision obscure EN RUPTURE avec ce qui la précède dans laquelle la crise de la foi n'est pas explicitement mentionnée et qui ne comporte aucune parole ».

La possibilité offerte

Puis, petit à petit, à la lecture des premiers commentaires de la presse, nous avons pris conscience :
1°) que le Cardinal Ratzinger était aussi peu à l'aise que nous devant cette vision,
2°) que, par voie de conséquence, il nous en proposait une « tentative d'interprétation » sans nous l'imposer, ce qui nous laissait libres d'avoir notre propre analyse,
3°) que beaucoup de commentateurs oubliaient que le "Secret de Fatima" comporte certes trois parties, mais qu'il s'agit d'un TOUT et que, donc, on ne peut isoler la vision proposée de ce qui la précède.

Nous nous sommes donc ressaisis et mis au travail. En voici le résultat trois ans après.

Chapitre 2
LES DIX FAMILLES DE RÉACTIONS

Nous avons donc classé les réactions de la presse en dix familles, en utilisant la typologie apprise à l'école de R.F. Bales, « un des pionniers » en la matière, lorsqu'on se trouve face à une diversité de comportements humains. Les voici :

Première famille - Ceux qui se moquent bruyamment et ouvertement : Les sarcastiques « au coeur superbe » (Lc 1,51).

Parmi eux, citons : Henri Tincq (“Le Monde”) heureux de « la fin d'une mystification », Élie Maréchal (“Le Figaro”) qui jubile à l'idée de « la fin des fariboles », l'équipe de "Golias" (Christian Terras, Jean Molard, Jean-François Vallette, Manuel Vilas Boas) qui souhaite que « ce soit le dernier acte de ce religieux de gare s'alignant sur une littérature de voyance, d'astrologie et d'horoscope ».

Deuxième famille – Ceux qui manifestent leur soulagement : Les fossoyeurs optimistes et courtois.

Parmi eux, citons l'équipe de "La Croix" qui nous dévoile l'objectif réel poursuivi par le Vatican : « Sa publication a pour but, de manière courtoise et fine, de lui retirer tout pouvoir » (Père Christian Duquoc) et qui se montre heureuse de déclarer : « Le "secret" de Fatima n'est pas un dogme de foi » (Guillaume Goubert), « C'est une lecture du XXème siècle » (Michel Kubler).

Citons aussi Joseph Vandrisse (“Le Figaro”) affirmant avec force, en conclusion, après « décryptage » : « Fatima n'est pas un cinquième Évangile ».

Troisième famille – Ceux qui relaient la pensée officielle (« Jean-Paul II est l'Évêque vêtu de blanc ») : Les « godillots ».

Parmi eux, citons Georges Cottier, "théologien de la Maison Pontificale", qui a suivi de près l'histoire du "secret" de Fatima et qui explique que Jean XXIII et Paul VI n'ont pas révélé le "Troisième Secret de Fatima", par « prudence pastorale », bien qu'ils y aient vu, comme Jean-Paul II, « la vocation de l'Église au martyre ».

Citons aussi Mgr Loris Capovilla, ancien secrétaire de Jean XXIII (“Trente Jours”), pour qui « Jean-Paul II s'étant reconnu comme "l'Évêque vêtu de blanc", il est irrespectueux de faire d'autres hypothèses ».

Quatrième famille – Ceux qui exultent de joie : Les inconditionnels papolâtres qui disent que toute l'action de Jean-Paul II est guidée par le "Message de Fatima"

Parmi eux, citons Aura Miguel, seule journaliste portugaise accréditée au Vatican, auteur du livre "Le secret de Jean-Paul II", qui estime que «  Fatima a eu une influence prépondérante sur l'ensemble du Pontificat de Jean-Paul II ».

Citons aussi Geneviève Esquier (“L'Homme Nouveau”), qui s'appuyant sur une déclaration de Marthe Robin, depuis retournée au Père, le 6 février 1981, dit que « Jean-Paul II est le Pape de Marie; c'est elle qui l'a choisi. Nous sommes dans le temps de Marie ».

Cinquième famille – Ceux qui sont très satisfaits de la publication du Secret, mais qui en contestent l'interprétation officielle : Les admirateurs de Jean-Paul Ier.

Parmi eux, citons Le frère Bruno de Jésus (“Les Petits Frères du Sacré Coeur de Jésus”) heureux de voir « le Secret enfin dévoilé », mais rappelant la parole de Jean-Paul Ier disant : « Le Secret, c'est terrible ».

Citons aussi l'Abbé Georges de Nantes, qualifiant le texte présenté de « Secret de Marie » pour qui « la grande ville à moitié en ruine, jonchée de cadavres, est le tableau prophétique de l'Église laissée par le pape Paul VI après quinze années d'"auto démolition de Rome par Rome" » débouchant sur « la consomption de l'Église ».

Sixième famille – Ceux qui sonnent le tocsin plus ou moins discrètement : Les véritables lecteurs des « signes des temps ».

Parmi eux, citons Laurent Touchagues et Michel De Jaeghere (“Le Spectacle du Monde”), qui, après avoir déclaré « Le Vatican a publié le texte du troisième secret. Mais les mystères de Fatima sont loin d'avoir été tous éclaircis », ne partagent pas la conclusion du Saint-Siège qui « consiste à renvoyer Fatima à l'Histoire et à faire du secret une vision allégorique du siècle passé » et qui avancent l'hypothèse que « certains milieux de la Curie, peu convaincus de "l'actualité du fatimisme", mais contraints de "sauver les apparences" par la dévotion personnelle du pape, ont mis en oeuvre, à la faveur du climat de fin de règne que suscite la maladie de Jean-Paul II, un scénario qui a finalement conduit à accréditer l'idée que les mises en garde de la Vierge appartiennent à l'Histoire et à faire passer ainsi à la trappe toutes les questions que Fatima continue de poser à l'Église ».

Citons aussi P.R (“Le bulletin d'André Noël”) qui après avoir déclaré « Nous n'avons aucune raison de douter de l'authenticité du fac-similé du texte révélé par la Vierge le 13 juillet 1917 et rédigé par la voyante survivante, soeur Lucie, en 1944 » s'étonne de la contradiction entre les motifs de « la non divulgation du troisième secret par les papes successifs, de Jean XXIII à Jean-Paul II, en passant par Paul VI », ce qui laissait supposer quelque chose de « grave et d'énorme », et la révélation de « persécutions qui n'ont rien de plus terribles que celles des siècles précédents, ni d'extraordinaire », d'où « une réponse que nous recevons avec le respect que nous devons au cardinal Ratzinger, mais dont nous devons avouer qu'à nos yeux elle ne lève pas totalement ce dernier mystère de Fatima ».

Citons enfin Roberto de Mattei (“Correspondance européenne. Agence d'information”) pour qui « Fatima, par simple intuition du bon sens, est la prophétie d'une tragédie non encore accomplie. Tout laisse croire que les événements auxquels se réfère la troisième partie du Secret appartiennent à notre plus proche futur » car « aujourd'hui, dans le monde, ce n'est pas le Coeur Immaculé de Marie qui domine, mais le "World Gay Pride" qui proclamera à Rome, pendant l'Année Sainte du Jubilé, un appel antithétique à celui de la Vierge Marie. Ce qui touche à l'apogée ce n'est pas la conversion de la Russie et de l'humanité mais ce processus de dégradation morale qui constitue l'inévitable prémisse du châtiment tracé dans la deuxième et la troisième parties du Secret ».

D'où l'interrogation de J. Kayser (“Le Sourire de Marie”) « Fatima - le pire et le meilleur encore à venir ? ».

Septième famille – Ceux qui accusent le Vatican de n'avoir publié qu'une partie du 3ème Secret : Certains disciples de Monseigneur Lefebvre

Parmi eux, citons l'Abbé Laguérie qui parle de « brigandage » en disant : « Nous n'avons que la vision précédant le 3ème secret et non pas le 3ème secret, et tout — absolument tout — a été orchestré pour nous faire croire le contraire et mettre un point final au terrible message de Fatima. Et voici les preuves. Mais disons auparavant que rien ne permet de mettre en cause l'authenticité du texte qui nous a été transmis : c'est l'omission seule — en tant qu'elle est dissimulée — qui constitue le brigandage ».

Citons aussi l'abbé Fabrice Delestre (“Nouvelles de Chrétienté. Bulletin Saint Jean Eudes”) qui parle de « révélation tronquée » et déclare « Le 26 juin dernier nous fut présenté un troisième secret tronqué, volontairement amputé de sa première partie constituée de paroles de Notre-Dame qui seules permettent l'interprétation correcte et authentique de la vision que l'on nous a présentée », s'appuyant notamment sur le fait que « le communiqué de presse de l'agence ANI, du 8 février 1960, annonçant que le secret ne serait pas publié » avançait, comme « troisième raison donnée pour "justifier" sa non divulgation », que, « bien que I'Église reconnaisse les apparitions de Fatima, elle ne désire pas prendre la responsabilité de garantir la véracité des paroles que les trois pastoureaux dirent que la Vierge leur avait adressées ».

Huitième famille – Ceux qui trouvent « déraisonnable d'accepter la thèse du faux secret » mais qui parlent d'un « chaînon manquant » : D'autres disciples de Monseigneur Lefebvre

Parmi eux, citons l'abbé Knittel qui, dans "Nouvelles de Chrétienté", évoque l'hypothèse suivante : « L'incise 'Au Portugal se conservera toujours le dogme de la foi' ne serait pas le début du troisième secret de Fatima, mais bien le commencement d'un (ou de plusieurs) paragraphe (s) encore inconnu(s) du deuxième secret de Fatima ».

Il avoue cependant qu'il « ne sait pas où se trouve cette fin du deuxième secret de Fatima, non retranscrite dans les "Mémoires" de Sœur Lucie » et avance à ce sujet une autre hypothèse : « L'exceptionnelle longévité de Sœur Lucie n'est-elle pas justement explicable par le fait qu'elle demeure la seule dépositaire de ce terrible secret, prête à tout moment à faire connaître son contenu lorsque l'autorité lui en fera la demande expresse ? ».

Neuvième famille – Ceux qui accusent le Vatican d'avoir publié « un faux » et y voient un aspect « mystique-apocalyptique de la Passion de l'Église, à la fois terrible, affreuse, libératrice et sanctifiante » : Les animateurs de la D.F.T. (“Diffusion de la Fin des Temps”)

Parmi eux, citons Vincent et Laurent Morlier, ce dernier auteur d'un article sur Internet intitulé « Faux et usage de faux dans I'Église conciliaire », qui, après avoir énuméré tous les « faux » qu'il constate (« fausse Messe », « fausses doctrines », « faux sacrement », « faux évêques », « faux catéchismes », « faux prêtres », une « fausse église » représentant parfaitement le mystère d'iniquité annoncé par les Écritures pour la fin des temps), conclut en disant « ne sommes-nous pas maintenant en présence d'un faux Troisième Secret de Fatima ? » et affirme que nous sommes en présence d'une « fausse Lucie ».

Dixième famille – Ceux qui entendent « rester catholiques » et disent que « cette Eglise qui se trompe et qui nous trompe depuis Vatican II ne peut pas être et n'est pas l'Eglise catholique » : Les membres de l'Association A.C.R.F. ("Les Amis du Christ Roi de France")

Parmi eux, citons "Domini canis" qui dit que, « parmi les nombreux commentaires faits sur la Révélation du troisième secret de Fatima, celui de l'abbé Fabrice Delestre est le mieux documenté, le mieux construit et le plus probant de la fourberie vaticane, Jean-Paul II, les cardinaux Sodano et Ratzinger étant des menteurs », mais qu'il ne va pas assez loin car « depuis Vatican II, on nous trompe sans arrêt (sacrements, enseignement, vie, vérités, amis, ennemis, etc, etc…) », la Fraternité Saint Pie X participant elle-même à ce mensonge, « vivant avec, en n'ayant pas le courage de le dénoncer et de dire que les ennemis qui détruisent la foi ne sont pas inconnus, cachés, mais qu'ils s'appellent Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul I et Jean-Paul II, que leur camp s'appelle 'l'église conciliaire', que leurs généraux sont les 'cardinaux', Ratzinger en premier, que leurs officiers sont les 'évêques', que leurs alliés, les Dom Gérard, les ralliés, ne sont plus du camp catholique, que, pire, ils haïssent, comme leurs nouveaux amis, ceux qui veulent tenir et croire fermement, que tous sont nos ennemis et doivent être dénoncés comme tels ».

Chapitre 3
LES SEPT QUESTIONS QUE NOUS NOUS POSONS

A l'issue de cette revue de presse inédite quant à son ampleur,
nous nous posons les sept questions suivantes :

 

Question n° 1 : Le texte publié le 26 Juin 2000 est-il authentique ?

Question n° 2 : Le texte publié le 26 Juin 2000 est-il complet ?

Question n° 3 : Mais qui est donc « l'Évêque vêtu de blanc » ?

Question n° 4 : Quelle est cette « grande ville à moitié en ruine » ?

Question n° 5 : Le texte publié le 26 Juin 2000 concerne-t-il le passé ou l'avenir ?

Question n° 6 : Que nous apprend le Secret de Fatima ?

Question n° 7 : Que reste-t-il à faire pour hâter « le triomphe du Cœur Immaculé de Marie » ?

 

Si la Divine Providence daigne le permettre, nous essaierons d'y répondre dans une prochaine contribution.

  A suivre...

Jean-Louis MANGIN
& Camille PIERRON
Belluno, le 13 juillet 2003.

PS : Nous remercions particulièrement Marie-Cécile PERTINANDE pour son enquête au sein des milieux de « La Tradition ».



retour
Retour
au Forum
suivant
Suite de
l'étude



Site protégé par le Copyright ©