Forum

Site de référence des Apparitions de la Sainte Vierge à Fatima
          Accueil

+ Le Portugal

+ Les voyants

+ Les apparitions
     à Fatima

+ Les apparitions
     à Pontevedra

+ Les apparitions
     à Tuy

+ Troisième secret

+ Le Procès

+ La critique

+ Actualités

+ Spiritualité

+ Saint Pie X

+ Droit à la vie

+ Librairie

+ Forum

+ Livre d'or

+ Liens

+ Mises à jour

+ Aide

+ Courriel

+ Annonces

+ Faire un don

FORUM ET DÉBATS

DROIT D'EXPRESSION

.

Contribution : n° 11
Date: 04/02/2001
Nom: Francois Thouvenin (France)
Sujet: Tuer ou mourir : il faut choisir !

« TUER OU MOURIR : IL FAUT CHOISIR »

On avait déjà vu des féministes du monde entier ordonner à George W. Bush, alors candidat à la Maison Blanche : « Take your God off my body ! » (“Ôte ton Dieu de mon corps”). Mais force est de remarquer que jusqu'à la proclamation tant différée des résultats électoraux, nos médias libertaro-totalitaires n'ont guère commenté cet aspect de la campagne de Bush Jr, qui s'était engagé — en cas d'élection — à supprimer le « droit » d'avorter. Enrageant plus ou moins ouvertement d'assister à la victoire « antidémocratique » du camp de la « réaction » (car ils ne comprennent rien à l'Amérique, ni surtout à la démocratie), ces néo-jacobins viennent de se rattraper en nous présentant sous un jour apologétique une jeune femme disant que beaucoup de ses sœurs américaines en féminisme préféreraient mourir que de perdre le « droit » d'avorter. On n'insistera jamais assez sur la portée d'un tel aveu. On observera, pour commencer, la véritable obsession de mort dont ces malheureuses sont victimes : préférer mourir que de ne plus être autorisée à tuer son propre fruit !... Or, le pire est qu'il n'y a là aucune alternative, car la mort est au rendez-vous dans les deux cas, sous sa forme spirituelle comme sous sa forme physique : suicide au moins symbolique d'un côté, assassinat pur et simple de l'autre, avec — à la clé — des regrets et remords éternels, même pour celles qui s'en croient les mieux protégées.

Il est aussi terrifiant que pathétique de songer à ces nuées de femmes — militantes ou simples suiveuses — qui se précipitent aveuglément vers l'enfer parce qu'elles ont choisi la mort de préférence à la vie, qui insistent pour conserver le « droit » de commettre l'un des quelques crimes assez graves pour crier vengeance devant Dieu, qui se damnent en chantant. Au point d'apostasie et d'abaissement où elles en sont, faut-il continuer à s'efforcer de les convaincre qu'elles se fourvoient tragiquement ? Nul ne peut assurer que c'est utile, mais la nécessité en est certaine...

Retour
Retour



Site protégé par le Copyright ©