Forum

Site de référence des Apparitions de la Sainte Vierge à Fatima
          Accueil

+ Le Portugal

+ Les voyants

+ Les apparitions
     à Fatima

+ Les apparitions
     à Pontevedra

+ Les apparitions
     à Tuy

+ Troisième secret

+ Le Procès

+ La critique

+ Actualités

+ Spiritualité

+ Saint Pie X

+ Droit à la vie

+ Librairie

+ Forum

+ Livre d'or

+ Liens

+ Mises à jour

+ Aide

+ Courriel

+ Annonces

+ Faire un don

FORUM ET DÉBATS

DROIT D'EXPRESSION

.

Contribution : n° 12
Date : 02/11/2000
Nom : François Thouvenin (France)
Sujet : Avorteuses

AVORTEUSES

La presse télévisée a montré récemment une vaste manifestation de femmes du monde entier protestant contre les diverses violences (réelles ou fantasmatiques) exercées contre elles. Parmi les pancartes que brandissaient les manifestantes, l'une avait de quoi retenir l'attention. Au milieu figurait une photo de George Bush Jr., qui est candidat à la prochaine élection présidentielle aux Etats-Unis et dans le programme duquel figure l'abolition de l'avortement libre. En dessous, on pouvait lire: «  Go back to Texas ! » (Retourne au Texas), et au-dessus figurait le message suivant: «  Take your God off my body ! » (Retire ton Dieu de mon corps).

Ce message est tristement révélateur à plus d'un titre, car dans l'esprit des ultra-féministes, il est censé signifier :

- que «  la femme » assimile à une violence le fait de porter un enfant dans son sein ;
- que «  la femme » considère le Dieu de la Bible - qui a prescrit «  Tu ne tueras point » - comme étant au service exclusif de l'Homo vir forcément violent, puisque générateur d'un enfant «  non désiré » («  your God »...) ;
- que «  la femme » veut pouvoir continuer à chasser de son ventre l'enfant «  non désiré » sans avoir à en répondre ni devant la loi humaine ou la loi naturelle, ni même devant la loi édictée par le Dieu de l'Homo vir forcément violent ;
- que «  la femme » identifie le Dieu de l'Homo vir forcément violent à l'enfant «  non désiré » ;
- que «  la femme » ne souhaite pas la bienvenue au «  Dieu-enfant » de l'Homo vir forcément violent et que si, à ses yeux, ce dernier L'a fait entrer en elle de force, par violence morale (en se retranchant derrière Sa loi) ou violence physique (en la soumettant au coït, que refusent en toutes circonstances les féministes les plus ultra), elle lui enjoint de se transformer en gynécologue exorciste et de L'en faire sortir par une violence physique relevant en quelque sorte de la loi du tallion, c'est-à-dire par avortement du «  Dieu-enfant » ou interruption volontaire de grossesse, en langue de bois euphémique.

Il y a là une parfaite illustration du «  Non Serviam ! » luciférien et du «  Nous ne voulons pas qu'Il règne sur nous ! » des juifs donnant le démenti à Pilate qui venait de leur présenter Jésus comme étant leur Roi. Quel contraste avec le Fiat de la Très Sainte Vierge qui, en prononçant ce simple mot, accueillait en elle Dieu fait homme par l'opération de l'Esprit Saint ! La phrase: «  Take your God off my body ! », cri d'absolue révolte contre Dieu, ne peut pas ne pas avoir été inspirée par celui qui est «  homicide depuis le début », selon les paroles de Notre Seigneur.
On pourrait même parler de possession collective, sinon individuelle, tant ces mots reflètent de haine satanique. Dans une optique aussi distordue, Dieu apparaît - autant que l'enfant - comme étant l'ennemi, l'envahisseur, le violeur du ventre des femmes, et comme étant donc à exciser tel un cancer, à conjurer tel un maléfice, bref, à exclure, pour user d'un mot politiquement correct par ailleurs. En tuant l'enfant à naître, on tue symboliquement ce Dieu qui en a permis la conception et l'a inscrit dès celle-ci dans le Livre de Vie. Quel «  progrès » depuis le slogan initial des féministes: «  Mon Ventre M'appartient » !... Désormais, on sait qui, selon ces malheureuses, veut occuper indûment leur ventre: Dieu Lui-même, par l'intermédiaire d'un enfant. Or, tout croyant sait qu'il ne peut y avoir de territoire inoccupé et que là où Dieu n'est pas, là d'où il a été exclu, c'est l'adversaire qui s'installe. Il faut prier pour ces âmes infortunées qui ont eu le malheur de prêter l'oreille aux sifflements du serpent ainsi que l'a fait notre mère Eve, comme si la Très Sainte Vierge – nouvelle Eve - n'était pas venue depuis pour donner l'exemple du plus bel épanouissement possible de la féminité, qui est l'acceptation de l'enfant dans la gratitude à la Divine Providence, non la rébellion contre une condition voulue et sublimement exaltée par le Créateur.

Retour
Retour



Site protégé par le Copyright ©