Forum

Site de référence des Apparitions de la Sainte Vierge à Fatima
          Accueil

+ Le Portugal

+ Les voyants

+ Les apparitions
     à Fatima

+ Les apparitions
     à Pontevedra

+ Les apparitions
     à Tuy

+ Troisième secret

+ Le Procès

+ La critique

+ Actualités

+ Spiritualité

+ Saint Pie X

+ Droit à la vie

+ Librairie

+ Forum

+ Livre d'or

+ Liens

+ Mises à jour

+ Aide

+ Courriel

+ Annonces

+ Faire un don

FORUM ET DÉBATS

DROIT D'EXPRESSION

.

Contribution  : n° 10a
Date : 25/05/2003
Nom : (Lisboa — Portugal)
Sujet : 86 anos depois, do fatidico dia 13 de maio de 1917, o mistério de Fatima continua.

86 ANOS DEPOIS, DO FATIDICO DIA 13 DE MAIO DE 1917,
O MISTÉRIO DE FATIMA CONTINUA
.

86 anos depois, do fatidico dia 13 de maio de 1917, o mistério de Fatima continua vivo tal qual ao 1° Dia das aparições. A Igreja monopolizadora da imagem de Maria mãe de Jesus, levou todos estes anos a manipular ao seu própio interesse toda exploração de carecter Divino ou Marial, com a concordância do Vaticano pela tomadas de posição pela Curia de Leiria de de Portugal.
Através dos tempos assistiu-se aos maiores jogos de interesses, manipulações que levaram a induzir em erro as mais variadas personalidades, cientistas e estudiadores relacionados com as aparições na cova da Iria de 1917.
o Verdadeiro 3° Segredo que deveria ser revelado em Abril de 1960, teve que esperar por melhores dias, para que entretanto se passa-se algo dentro da esfera da Igreja que esta mais uma vez podesse aproveitar e manipular para dar continuidade a toda esta mentira... Bastou o atentado ao Papa a 13 de Maio de 1981, para que desta grave situação se traduzi-se na relevação do 3° Segredo, comon sendo o atentado a sua Santidade. No entanto foi preciso ainda esperar 19 anos para a sua relevação... Aonde vamos com tamanha MENTIRA ?

QUE PROCURAMOS ESCONDER ?

Fico triste, de pensar que o nome da VIRGEM SANTA MARIA? MĀE DE JESUS seja sujeito a tamanha infamia e aproveitamento sobre a base da mentira, tanto por parte da Igreja como por parte dos próprios crentes em jesus e nossa Senhora.
Hoje assistimos, passivos, a toda uma montagem feita em torno destas aparições que nada teêm haver com a Mãe Santissima, Rainha dos Céus e da terra.
Fala-se e falar-se-á sempre do 3° Segredo, quando deveria-se falar do só e único segredo haver com a cova da Iria.
Todos aqueles que falarem em contrário ao dogma da Igreja, são de caluniadores e pretendem semear o Mal ao seio da Comunidade Católica e da Igreja, quando na Verdade é a própria Igreja seguidora da Palavra divina de Jesus e sua mãe Maria Santissima que o faz.

PASSIVOS ATÉ QUANDO, FICAREMOS ?

Em Janeiro de 2000, o Cardinal Ratzinger receu em mão-própria um documento relacionado com este assunto e sobre o que teria que ser revelado em Abril do ano 1960, ou seja um ano dia por dia antes do que deveria se passar e efectivamente se passou em Lisboa. O mesmo Documento embora em parte foi recibido por sua Excelência o Presidente de Portugal Jorge Sampaio. Até hoje que fizeram esses senhores, nada a não ser o dar continuidade á mentira e ao cultivar uma ideia encustrada nas mentalidades menos sanas.
Ao Vaticano foi dada a Segurança de que nada seria revelado do Documento,na expectativa e esperança de que o Vaticano o fizesse ele mesmo através de tomadas de posição firmes eniquivocas de tudo o que nos rodeia, nomeadamente sobre a guerra e a miséria que tanto nos aflige.

QUE FEZ O VATICANO ?

Apesar de ter acatado alguns princípios do Documento, preferiu dar continuidade a uma mentira datada de há já 86 anos, perdendo assim a possibilidade de se remeter á verdade e ao caminho justo e da reabilitação da própria Igreja Católica para com os seus fiéis e seguidores.

MARIA SANTISSIMA MERECE MAIS, MUITO MAIS, TUDO.

 

TRADUCTION :

86 ANS APRÈS LE JOUR FATIDIQUE DU 13 MAI 1917,
LE MYSTÈRE DE FATIMA CONTINUE
.

86 ans après, le jour fatidique du 13 mai 1917, le mystère de Fàtima continue vivant comme au premier jour des apparitions. L'église monopolise depuis des années l'image de Marie Mère de Jésus, et manipule en son propre intérêt l'exploration à caractère divin ou mariale, avec l'accord du Vatican pour ces positions et avec celle de la curie de Leiria de Portugal.
À travers les temps nous avons assisté aux meilleurs enjeux d'intérêts, de manipulations qui ont amené à induire en erreurs beaucoup de personnalités, scientifiques et historiens spécialistes des apparitions à la Cova da Iria de 1917.
Le vrai troisième Secret qui aurait du être révélé en avril 1960, a du attendre, qu'il se passe quelques chose dans l'hémisphère de l'Eglise, pour que celle-ci puisse une fois de plus manipuler et continuer dans le mensonge... Il a suffit l'attentat du pape le 13 mai 1981, pour que cette grave situation se traduise dans la révélation du troisième Secret comme étant l'attentat de Sa Sainteté. Pourtant il a fallut attendre 19 ans pour que cette révélation soit faite.... où allons-nous avec cet énorme MENSONGE ?

QUE VEUT ON NOUS CACHER ?

Je suis triste de penser que le nom de la SAINTE VIERGE MARIE, MÈRE DE JÉSUS soit sujette à une si grande infamie et de l'appropriée sur la base du mensonge, aussi bien de la part de l'Eglise que celle des propres croyants en Jésus et Notre Dame.
Aujourd'hui nous assistons passifs à une calomnie faite autour de ces apparitions qui n'a rien à voir avec la Sainte Mère, Reine des cieux et de la terre.
Nous parlons et parlerons toujours du troisième Secret, alors qu'il faut parler d'un seul et unique Secret relation né avec, à cova da Iria.
Tous ceux qui parlent contre le dogme de l'Eglise, sont de calomniateurs et sèment le mal au sein de la communauté catholique et de l'Eglise, quand nous savons que c'est cette Eglise qui dit respecter la parole divine de Jésus et de sa Mère Sainte Marie qui calomnie.

PASSIFS JUSQU'A QUAND ?

En janvier 2000, le Cardinal Ratzinger reçoit en main propre un document relatif à ce sujet qui aurait du être révélé en avril 1960, soit un an jour pour jour avant de ce qui devait se passer et qui s'est effectivement passé à Lisbonne (1). Une partie de ce même document a été adressé à son excellence le président de la république portugaise Monsieur Jorge Sampaio, et jusqu'à maintenant qu'ont fait ces messieurs, rien sauf continuer dans le mensonge et cultiver cette idée incrustée dans les mentalités les moins saines.
Au Vatican il a été donné l'assurance que rien ne serait dévoilé de ce document, dans l'espoir que celui-ci le fasse, même à travers de diverses positions qui l'entoure, notamment sur la guerre et la misère qui nous afflige.

MAIS QUE FAIT LE VATICAN ?

Même si certains principes du Document ont été attaqué, il préfère continuer dans ce mensonge qui date de 86 ans, perdant ainsi la possibilité de se remettre dans le droit chemin de la vérité et de la réhabilitation de l'Eglise catholique et de ses fidèles.

NOTRE SAINTE MÈRE MÉRITE MIEUX ET PLUS ENCORE.
____________

(1) Il était inévitable que l'empire colonial portugais fût emporté dans le mouvement général de décolonisation qui suivit la Seconde Guerre mondiale. [...] Jusqu'en 1961, pendant le double mandat d'Eisenhower, en pleine guerre froide, Salazar put compter sur le soutien total des Etats-Unis, comme des autres membres de l'Alliance atlantique. Un premier coup de semonce eut pourtant lieu, le 15 décembre 1960, lorsque l'Assemblée de l'ONU, avec l'abstention des USA et de la Grande-Bretagne, adopta la « Déclaration sur la concession de l'indépendance aux pays et peuples coloniaux » : les domaines portugais y étaient spécifiés. Tout changea en 1961, avec l'arrivée au pouvoir de Kennedy, farouchement hostile aux puissances coloniales en Algérie et au Portugal en Afrique australe. Le nouveau présidant américain le fit savoir au ministre de la Défense, Botelho Moniz. Pour la première fois, le 13 mars 1961, au Conseil de sécurité de l'ONU, les Etats-Unis votèrent avec les Afro-Asiatiques contre le Portugal. Le 15 mars suivant, Holden Roberto, appuyé par les services secrets américains, déclenchait depuis le Congo une sanglante offensive dans le Nord de l'Angola.
Ces tragiques événements achevèrent de convaincre Botelho Moniz qu'il fallait mettre le plus rapidement possible fin au gouvernement de Salazar pour entamer une politique de libéralisation au Portugal et outre-mer. Se sachant appuyé, d'un côté, par l'ambassade américaine et la C.I.A, de l'autre, par l'ensemble du haut commandement des forces armées, il décida de passer à l'action. Comme chef du gouvernement, il pensait substituer à Salazar Marcelo Caetano qui émit les plus extrêmes réserves sur ses projets. Le ministre de la Défense eut alors de longues entrevues avec Salazar, les 28 et 29 mars, afin de le convaincre d'adopter son plan de réformes. Celui-ci lui répondit qu'il réfléchirait et lui donnerait plus tard sa réponse. En attendant, Botelho Moniz alla passer quelques jours de vacances dans l'Algarve, et perdit ainsi un temps précieux que Salazar mit à profit pour allumer des contre-feux et déjouer la conjuration. Le 9 avril, seulement, Botelho Moniz fit savoir à l'ambassadeur des Etats-Unis qu'il allait exécuter son projet, en tentant de convaincre le président et la République de neutraliser ou de démettre Salazar et de nommer un nouveau Premier ministre. Si cette démarche échouait, lui et les autres généraux feraient savoir à Américo Tomás qu'ils allaient prendre le pouvoir.
Grâce à la rapidité de la réaction de Salazar, l'« Abrilada » échoua lamentablement : le 13 avril à 15 heures, la radio nationale annonçait à la fois la démission du ministre de la défense et de tous ceux qui s'étaient compromis avec lui et leur remplacement immédiat. (Source : « Histoire du Portugal », Jean-François Labourdette, Ed. Fayard, 2000, pages 602-603).

Retour
Retour



Site protégé par le Copyright ©