Forum

Site de référence des Apparitions de la Sainte Vierge à Fatima
          Accueil

+ Le Portugal

+ Les voyants

+ Les apparitions
     à Fatima

+ Les apparitions
     à Pontevedra

+ Les apparitions
     à Tuy

+ Troisième secret

+ Le Procès

+ La critique

+ Actualités

+ Spiritualité

+ Saint Pie X

+ Droit à la vie

+ Librairie

+ Forum

+ Livre d'or

+ Liens

+ Mises à jour

+ Aide

+ Courriel

+ Annonces

+ Faire un don

FORUM ET DÉBATS

DROIT D'EXPRESSION

.

Contribution : n° 7a
Date : 19/08/2000
Nom : Jean Luc Vandeboum (France)
Sujet : Le scandale de la béatification conjointe de Pie IX et de Jean XXIII, alors que tout les oppose.

LE SCANDALE DE LA BÉATIFICATION CONJOINTE
DE PIE IX ET DE JEAN XXIII,
ALORS QUE TOUT LES OPPOSE.

Les fondements bibliques de mon indignation :

Lorsque j'ai appris la béatification de Jean XXIII, j'ai accusé le coup tant ce Pape jugé « bon » par beaucoup de personnes l'a été si peu envers Notre-Dame de Fatima. Mais, lorsque j'ai appris qu'il le serait le 3 septembre 2000, soit le même jour que Pie IX, j'ai aussitôt pensé à deux phrases de la Bible « Que votre langage soit : “Oui ? Oui”, “Non ? Non” : ce que l'on dit de plus vient du Mauvais » (Mt 5,37) et « Ne formez pas d'attelage disparate avec des infidèles. Quel rapport en effet entre la justice et l'impiété ? Quelle union entre la lumière et les ténèbres ? Quelle entente entre le Christ et Béliar ? Quelle association entre le fidèle et l'infidèle ? Quel accord entre le temple de Dieu et les idoles ? » (2 Co 6,14-16), ce qui, reformulé en langage contemporain, veut dire : on ne peut croire à quelque chose et en même temps à son contraire, sinon il y a de quoi devenir fou au sens premier du terme.

Or y a-t-il Papes plus dissemblables et plus contradictoires que Pie IX et Jean XXIII ? Trois prises de position les opposent en tout point.

La funeste opposition persévérante de Jean XXIII envers Notre-Dame de Fatima :

Pie IX a solennellement proclamé le dogme de l'Immaculée Conception, le 8 décembre 1854.

Jean XXIII, lui, tout imbu d'un optimisme démesuré, a farouchement refusé, tout au long de son Pontificat, de mettre ses pas dans ceux de cette dernière, refusant de divulguer le « troisième Secret de Fatima », le 8 février 1960, préférant mener une géopolitique « d'Accords secrets avec Moscou », et qualifiant la Messagère céleste de « prophète de malheur », le 11 octobre 1962, dès l'ouverture du Concile Vatican II.

Jean XXIII et l'ouverture au monde :

Pie IX a solennellement condamné les erreurs modernes dans le « Syllabus », le 8 décembre 1864.

Jean XXIII, au contraire, a favorisé la propagation de ces erreurs au sein de I'Église catholique en prônant « l'ouverture au monde », c'est-à-dire en abaissant toutes les barrières protectrices. Le résultat en fut, cent ans après, sous Paul VI, « l'ouverture du puits de l'abîme » (Ap 9,1-3 et 20,7-8).

Jean XXIII et l'ambiguïté de la collégialité :

Pie IX a lancé Vatican I qui a proclamé l'infaillibilité pontificale, le 18 juillet 1870.

Jean XXIII a lancé Vatican II sous l'inspiration du Saint-Esprit dit-on. Mais, en insistant sur cette formule classique, ses partisans veulent-ils dire que ce même Saint-Esprit n'inspira rien à ses prédécesseurs ? Après ce brin de polémique, attitude on ne peut plus mal vue dans le monde moderne ecclésial qui se veut hyper-soft, je continue : Vatican II a abouti, entre autres, à la collégialité avec ses aspect ambigus. Car celle-ci peut être considérée, soit comme un contre-pouvoir destiné à limiter les initiatives autocrates du Saint-Père ramené au rang « d'Évêque vêtu de blanc », c'est-à-dire d'évêque comme un autre, soit comme un moyen et une aide providentiels offerts par le Ciel pour relayer l'ordre du Pape de consacrer enfin la Russie au Cœur Immaculé de Marie par le biais d'un exorcisme mondial à l'échelle de la planète.

Les trois erreurs de Jean XXIII :

En agissant ainsi, Jean XXIII a tourné trois fois le dos au principe biblique de « création / séparation » que Marie-Sarah Mano a si lumineusement mis en évidence dans la contribution n° 9. Or, malgré cela, il sera béatifié, tout simplement parce qu'il l'a déjà été par « la vox populi » qui l'a appelé « le bon Pape Jean », ignorant tout de ces trois erreurs géostratégiques.

Voici d'ailleurs comment le troisième Postulateur de sa cause, le Père Luca De Rosa, franciscain, en parle dans « Zenit » (7 juin 2000, ZF00060707) : « Après avoir écouté 303 témoins, en Italie et à l'étranger, après avoir lu 9467 lettres ainsi que le “Journal de l'âme”, on n'a pas trouvé un mot contre la charité ».

Or j'ai fait parvenir, en son temps, à la Congrégation pour la cause des Saints, par divers canaux, le texte de la contribution n°7 afin de l'éclairer sur les manquements à la charité de Jean XXIII envers Notre-Dame. Peine perdue, je n'ai reçu aucune réponse.

La réconciliation des contraires :

Cela veut-il dire que la cause était entendue à l'avance ? Sans doute car, par cette manœuvre, le message que le Saint-Siège veut faire passer est que Vatican II se situe bel et bien dans la ligne et la continuité de Vatican I, alors qu'ils sont en tout point opposés.

Je ne suis évidemment pas le seul à avoir perçu la perversion de cette manœuvre diplomatique dans le mauvais sens du terme. D'autres l'ont remarqué également, mais pour regretter... la béatification de Pie IX. Exemple, l'hebdomadaire “La Vie” qui, dans son n° 2840 du 3 février 2000 page 69, écrit : « Le miracle de Jean XXIII. Comme La Vie vous l'annonçait il y a un an, Jean XXIII sera déclaré “bienheureux”, et ce le 3 septembre prochain. Sœur Caterina Capitani en avait appelé à l'intercession du pape défunt pour un cancer à l'estomac. Et fut guérie. La reconnaissance de ce miracle par la Congrégation pour la cause des Saints permet de clore le dossier. MAIS le pape du concile Vatican I, Pie IX, sera béatifié le même jour. »

Ce MAIS est magnifique. A lui tout seul, il remplace toute mon argumentation et prouve qu'il y a bien quelque chose de tordu dans cette béatification. A chacun donc de choisir son camp ! En ce qui me concerne, c'est celui du Cœur Immaculé de Marie qui « à la fin » triomphera.

Retour
Retour



Site protégé par le Copyright ©