Forum

Site de référence des Apparitions de la Sainte Vierge à Fatima
          Accueil

+ Le Portugal

+ Les voyants

+ Les apparitions
     à Fatima

+ Les apparitions
     à Pontevedra

+ Les apparitions
     à Tuy

+ Troisième secret

+ Le Procès

+ La critique

+ Actualités

+ Spiritualité

+ Saint Pie X

+ Droit à la vie

+ Librairie

+ Forum

+ Livre d'or

+ Liens

+ Mises à jour

+ Aide

+ Courriel

+ Annonces

+ Faire un don

FORUM ET DÉBATS

DROIT D'EXPRESSION

.

Contribution : n° 7
Date : 13/12/1999
Nom : Jean Luc Vandeboum (France)
Sujet : L'église catholique peut-elle raisonnablement béatifier Jean XXIII en l'an 2000 ?

L'EGLISE CATHOLIQUE PEUT-ELLE RAISONNABLEMENT
BEATIFIER JEAN XXIII EN L'AN 2000 (1) ,
CE "SAINT" DEJÀ CANONISÉ
PAR LA VOX POPULI ET LES MEDIAS ? (2)

CERTES LE "BON" PAPE JEAN A "CONSACRÉ" SA VIE AU CHRIST
POUR LA CONVERSION DE LA RUSSIE À L'ÉGLISE CATHOLIQUE...

Et ce fut le le 26 Décembre 1962 comme indiqué ci-après :
« Dans la paix de Noël » (1962), nous le savons par ses carnets, dont Mgr Capovilla nous a fait confidence, Jean XXIII réfléchissait à la portée des vœux de Khroutchev. Le 26 décembre, il écrit :
« Mon esprit reste intéressé par ce que le Seigneur est en train d'opérer mystérieusement. Ce Kroucheff ou Nikita Khroutchev, comme lui signe, ne nous prépare-t-il pas par hasard des surprises ? Cette nuit, après avoir beaucoup médité et lu l'introduction à la grammaire de la langue russe d'Ettore Lo Gatto, que hier, fête de Noël, Mgr Capovilla m'a procurée, je me suis levé et, à genoux devant mon crucifix, j'ai consacré (au crucifix) ma vie en extrême sacrifice de tout moi-même, en relation à ce qu'il voudrait de moi pour sa grande entreprise de la conversion de la Russie à l'église catholique. J'ai répété cette intention à la sainte messe célébrée dans cet esprit »
 (3).

DE PLUS, IL A TRAVAILLÉ AU RAPPROCHEMENT DE L'EGLISE ET DE LA RUSSIE EN POSANT UN CERTAIN NOMBRE DE GESTES SIGNIFICATIFS EN FAVEUR DE LA PAIX...

En Décembre 1962, en réponse aux vœux de Nikita Khroutchev, il fit parvenir une médaille à ce dernier par l'intermédiaire de Norman Cousins, journaliste américain.

Le 7 Mars 1963, il reçut Alexis Adjoubaï Directeur des "Izvestia" et Rada Khroutchevska, respectivement gendre et fille de Nikita Khroutchev, ce qui fut qualifié, à l'époque, "d'événement considérable" par "Témoignage Chrétien".

Le 11 Avril 1963, il publia l'Encyclique "Pacem in Terris" qui eut un énorme retentissement et en fit parvenir la traduction russe à Nikita Khroutchev.

MAIS, CE N'ETAIT PAS CE QUE LE CIEL ATTENDAIT DE LUI, NOTAMMENT EN MATIÈRE DE CONSECRATION...

En effet, à sa mort, le 3 Juin 1963, alors que le quotidien français "Le Monde" titrait "Après la mort du Souverain Pontife, le vœu le plus généralement exprimé dans le monde est que l'œuvre de Jean XXIII soit poursuivie", le "dessein" que le Ciel a confié à la Papauté pour "ce temps qui est notre temps" n'avait pas avancé par rapport à ce qu'avait fait Pie XII. Et sa mise en œuvre en était toujours à 17 %. (4)

1° — Il n'avait pas approuvé la dévotion réparatrice des premiers samedis de cinq mois consécutifs, annoncée à Fatima, le 13 Juillet 1917, et demandée le 10 Décembre 1925 à Pontevedra, la seule approbation restant celle de Mgr Da Silva, évêque de Leiria-Fatima, le 13 Septembre 1939. D'où un état déavancement toujours de 1 %.

2° — Il n'avait pas profité de l'opportunité providentielle du Concile Vatican II pour aller plus loin que Pie XII dans sa lettre apostolique "Sacro Vergente Anno", en date du 7 Juillet 1952, et ordonner aux évêques présents de consacrer avec lui la seule Russie au Cœur Immaculé de Marie, au cours d'un acte collégial, solennel, public, explicite et clair de réparation, consécration annoncée à Fatima, le 13 Juillet 1917, et demandée le 13 Juin 1929 à Tuy. D'où un état déavancement toujours de 50 %.

3° — Il n'avait pas publié le "Troisième Secret de Fatima", alors que sa publication était attendue pour l'année 1960. D'où un état déavancement de 0 .

CAR JEAN XXIII, "LE PAPE DU CONCILE", AVAIT PREFERE SA PROPRE GEOPOLITIQUE HUMAINE TOUTE FAITE DE DIPLOMATIE A CELLE VOULUE ET DEMANDEE PAR LE CIEL...

Et cela s'était traduit par trois choix géopolitiques désastreux :

1°) Il refusa de divulguer le contenu du "Troisième Secret de Fatima", le 8 Février 1960, "fête du très saint Cœur de Marie dans les familles de saint Jean Eudes, et jour anniversaire de la première célébration, le 8 février 1648, à Autun, d'une messe à cet honneur, avec la permission de Mgr Claude de la Madeleine de Ragny" (5). Au contraire, un communiqué anonyme de l'Agence de presse A.N.I. (Agencia Nacional de Informaçao) informa le monde qu'il n'en serait rien.

2°) Il passa des Accords secrets (verbaux) en 1962 avec le Kremlin, juste avant l'ouverture de Vatican II.

3°) Il n'accueillit point Notre-Dame de Fatima, le 13 Octobre 1962, lors de la première séance du Concile, après l'avoir qualifiée, deux jours auparavant, le 11, lors de l'ouverture de Vatican II, de "prophète de malheur".

En effet, plutôt que d'entrer dans la géostratégie proposée par le Ciel à Fatima, puis à Pontevedra, puis à Tuy, il pensait qu'il valait mieux poursuivre l'Ostpolitik :
a) amorcée par Pie XI avec les contacts officiels du 14 Mai 1922 entre le Saint-Siège et le gouvernement de Lénine, lors de la conférence internationale de Gênes,
b) poursuivie en secret en 1942 entre Mgr Montini, Substitut à la Secrétairerie d'état et le gouvernement de Staline, ce qui valut à ce dernier sa "nomination" par Pie XII comme Archevêque de Milan en 1954, mais sans promotion cardinalice afin qu'il ne lui succède pas, (6)
c) stoppée par Pie XII qui n'en tenait aucun compte.

...D'OU TROIS SORTES DE FRUITS INATTENDUS POUR LA RUSSIE...

« On juge l'arbre à ses fruits » a dit Notre Seigneur en Mt. VII, 17. Aussi, c'est à partir de cette maxime pleine de sagesse, qu'on peut évaluer l'inefficacité de cette Ostpolitik à caractère tout humain que le Père Wenger préfère appeler "Politique orientale du Saint-Siège"

1° — Elle n'empêcha pas "les dernières années de Khroutchev d'être plus autoritaires que la période stalinienne d'après-guerre". (7)

2° — Elle ne dissuada nullement "Khroutchev de fermer 15 000 églises en 5 ans, ce que Staline ne fit pas en 20 ans". (8)

3° — Elle n'infléchit en rien la politique de persécution religieuse de ses successeurs qui redoubla de violence à partir de 1964, faisant de "l'URSS le seul pays au monde où la mortalité allait augmenter alors qu'elle diminuait partout ailleurs". (9)

ET UN FRUIT AMER (10) POUR L'EGLISE ET LE MONDE ...

Or, Vatican II constituait une opportunité providentielle due à la Miséricorde Divine pour faire avancer les affaires du Ciel et nous offrir cette "(véritable) nouvelle Pentecôte" consistant en le triomphe du Cœur Immaculé de Marie. (11)

Mais, par suite de tous ces humains choix désastreux, mais salués avec beaucoup d'empressement par l'intelligentsia mondiale, ecclésiastique comme laïque (12), ce fut donc l'inverse qui arriva, à savoir "une désorientation diabolique" qui s'est caractérisée, à partir de 1964, par une avalanche de cassures et de ruptures comme jamais l'histoire de l'humanité n'en avait connues, suite à "l'ouverture du puits de l'abîme" (Ap 9, 1-3) comme indiqué dans le "Secret de la Salette".

Dans ces conditions, l'église catholique peut-elle raisonnablement béatifier un Pape qui fut certes "bon" envers tous mais ne le fut pas envers Notre-Dame ?

Jean Luc Vandeboum
(13 Décembre 1999, fête de Sainte Lucie)

Post scriptum : Cette conclusion me navre car je suis né dans une famille catholique, j'essaie de vivre en catholique et j'espère mourir en catholique. C'est dire si j'ai toujours eu et ai encore pour la personne du Saint-Père, quel qu'il soit, le plus grand respect. Mais, avec cette analyse, ma raison va à l'encontre de mon affection. Aussi, suis-je déchiré. Mais, comme l'a si bien dit "Témoignage Chrétien" : « Vérité, Justice, quoiqu'il en coûte! ».


(1) — L'information a été donnée par l'Agence de presse "Zenit (Le monde vu de Rome)" en date du 30 Novembre 1999 sous le titre : « Jean XXIII pourrait être béatifié en l'an 2000 ».

(2) — Exemple, l'article intitulé : « Jean XXIII, les gestes et les paroles d'un Saint », de René Lechon dans "Messages" de Juillet-Août 1999, pages 28 à 29.

(3) — On trouve cette information à la page 120 du livre « Les trois Rome. L'église des années soixante », du Père Wenger, aux éditions Desclée de Brouwer (1991, 298 pages). Rappelons que ce dernier fut Rédacteur en Chef du quotidien français "La Croix" de 1957 à 1968, et, à ce titre témoin privilégié du Concile Vatican II, puis Conseiller ecclésiastique de l'Ambassade de France près le Saint-Siège, enfin auteur de nombreux ouvrages.

▫ La pratique de la dévotion des premiers samedis et la consécration de la Russie

(4) — Voir l'article n° 1 dans le Forum : « La pratique de la dévotion des premiers samedis et la consécration de la Russie ».

(5) — "L'Année du Cœur de Marie" (Besançon, 1925, 284 pages, pages 36 et 37).

(6) — Sitôt élu, Jean XXIII nomma Monseigneur Montini cardinal afin que celui-ci lui succède. C'est en ce sens qu'il faut comprendre la formule "Pape de transition" qui lui a été attribuée.

(7) — "Kruschev" de Roy Medvedev, éditions Basil Blackwell (Oxford, 1983) cité par Peter Hebblethwaite dans "Jean XXIII, le Pape du Concile" aux éditions du Centurion (1988, page 562).

(8) — Père Wenger, 30 janvier 1988, lors du Colloque "Le Saint-Siège dans les relations internationales", organisé par le Département des Sciences Politiques et Morales de l'Institut Portalis de la Faculté de Droit et de Sciences Politiques de l'Université d'Aix-Marseille III, sous le patronage du Ministère des Affaires étrangères du Gouvernement Français.

(9) — "évaluation quantitative et taux de mortalité au Goulag", par Jean Claude Chesnais, Maître de Recherches à l'Institut National d'études Démographiques, dans "L'Astrolabe", n° 83, 1985-IV, pages 30 à 33.

(10) — Il est question en Ap. X, 10 d'un petit livre (Le Secret de Fatima ?) "doux comme le miel, mais rempli d'amertume".

(11) — "Mais surtout, le don de mon Cœur Immaculé, ce sera la Nouvelle Pentecôte", message du 28 Janvier 1984, page 368, dans le petit livre bleu du "Mouvement Sacerdotal Marial" intitulé « Aux Prêtres, les fils de prédilection de la Vierge », nouvelle édition française (1998, 1066 pages).

(12) — « Le drame du XX ème siècle, c'est que l'intelligentsia a cru au mythe de la Révolution d'Octobre et a repoussé avec entêtement le Message de Fatima. Hélas, une vérité n'est vraie qu'à partir du moment où elle est admise par la gauche ». On trouve cette formule choc du Père Caillon dans un article intitulé "Le mythe de la Révolution d'Octobre" paru dans le n° 615 de "L'âme populaire" de Novembre 1984, 63ème année, page 4.

Retour
Retour



Site protégé par le Copyright ©