Les opposants de Fatima

Site de référence des Apparitions de la Sainte Vierge à Fatima
          Accueil

+ Le Portugal

+ Les voyants

+ Les apparitions
     à Fatima

+ Les apparitions
     à Pontevedra

+ Les apparitions
     à Tuy

+ Troisième secret

+ Le Procès

+ La critique

+ Actualités

+ Spiritualité

+ Saint Pie X

+ Droit à la vie

+ Librairie

+ Forum

+ Livre d'or

+ Liens

+ Mises à jour

+ Aide

+ Courriel

+ Annonces

+ Faire un don

LES OPPOSANTS

EXAMEN CRITIQUE

.

Les opposants de Fatima

Comme dans toutes les Apparitions de la Sainte Vierge, la question du caractère surnaturel des faits se pose, et, bien entendu, il faut en premier lieu étudier ces faits pour savoir s'il s'agit de réelles Apparitions ou de supercherie, voir d'affabulations.

L'arme principale des opposants de Fatima est que, depuis 1917, de nouvelles révélations viennent s'ajouter aux messages déjà connus.
Dès lors, nous pouvons diviser les anti-fatimistes en deux catégories :

  • Les modernistes : qui croient aux Apparitions et aux messages de la Sainte Vierge, jusqu'en 1938 ;
  • Les rationalistes : qui rejettent tout en bloc et qui disent que cela est une imposture.

1°) Les modernistes : tels le Père jésuite belge Edouard Dhanis (décédé en 1978) ou bien l'abbé Laurentin, reconnaissent qu'en 1917 il s'est passé quelque chose à Fatima, mais que l'Apparition de l'Ange en 1916 n'est qu'une invention de sœur Lucie, tout comme le message sur le Cœur Immaculé de Marie, car révélés au public bien après 1917. Quant à la vision de l'enfer, il ne faut pas prendre au pied de la lettre ce que les enfants ont raconté ...! Bref, pour eux, il est essentiel de détruire les messages de la Très Sainte Vierge pour les substituer à ceux qui entrent dans la mouvance du concile Vatican II.
Pour discréditer Lucie, ils se réfèrent au fait qu'il faut être deux pour qu'un témoignage soit valable. Or, sœur Lucie était jusqu'au 13 février 2005 la seule survivante (François et Jacinthe étant décédés en 1919 et 1920) et donc, seule, son témoignage n'avait aucune valeur pour eux. Pire encore ! : « Sans mettre en cause sa sincérité, dit le Père Dhanis, on peut juger prudent de ne s'appuyer qu'avec circonspection sur les écrits de sœur Lucie ». Donc, la suspicion est totale !... Ainsi, les messages de Notre-Dame et en particulier son troisième Secret si gênant pour les théologiens pré-conciliaires perdent tout crédit et sont pures affabulations de la voyante !.

IL est bien connu que, pour les modernistes, l'enfer n'existe pas ! et qu'il faut donc absolument détruire la vision de l'enfer des petits pastoureaux en disant haut et fort aux catholiques du monde entier que cette vision correspond seulement à l'idée que les enfants se faisaient de l'enfer : ils ont reçu une connaissance très intense de l'horreur des péchés et de la damnation et donc ceci a évoqué peu à peu une vision dans leur imagination !. « A nous d'être intelligent, dit le Père Dhanis, en ne prenant pas à la lettre les dires des voyants ». Ainsi, le dogme de l'enfer serait une vision enfantine et ne saurait s'adresser à des adultes intelligents et avertis. Depuis, l'idée a fait son chemin au point de rallier presque tous les esprits. Aujourd'hui, ce sont les catéchismes eux-mêmes qui insufflent à tous nos enfants ce mépris superbe de l'imagerie traditionnelle jugée par trop médiévale. On nous affirme, comme une incontestable évidence, dans les rares lignes consacrées à l'enfer qu'iI ne faut pas confondre cette souffrance (de la séparation de Dieu) avec les représentations imagées qui ont pu en être faites jadis. Mais n'est-ce pas Notre Seigneur Jésus-Christ qui a parlé de la géhenne, de son feu inextinguible et du ver qui ne meurt pas, qui a menacé les réprouvés des « ténèbres extérieures, là où seront les pleurs et les grincements de dents » ?.

Puisque le Vatican refuse toujours de consacrer la Russie au Cœur Immaculé de Marie en communion avec tous les évêques du monde, les modernistes se doivent, bien entendu, de détruire également ce message si encombrant pour le Saint-Siège. Par conséquent, ils trouvent très louche la ressemblance entre la révélation faite par Notre-Dame à Pontévédra et celle faite par Notre Seigneur Jésus-Christ à sainte Marguerite-Marie. Lucie se serait donc inspirée de l'Apparition de Paray-le-Monial pour inventer une apparition fictive...!

Le Père Dhanis, tout comme les autres théologiens modernistes ne se réfèrent nullement, et pour cause, aux écrits de sœur Lucie. Certes, des révélations ont été rendues public bien après 1917, mais les manuscrits de la voyante témoignent avec certitude de l'authenticité des messages et Apparitions dans leur ensemble.

Ces manuscrits ont été rendus publiques en 1944. Pourquoi le Père Dhanis n'a-t-il pas écrit immédiatement aux confesseurs de sœur Lucie pour mettre en parallèle sa thèse avec leurs témoignages ?. Pourquoi a-t-il refusé de se rendre à Fatima pour consulter les manuscrits de la voyante ?. Craignait-il que sa thèse tombe en poussière ?. Sans doute !

2°) Les rationalistes : vont encore plus loin que le Père Dhanis ou l'abbé Laurentin. Pour eux, Fatima n'est pas autre chose qu'une imposture, une grande supercherie montée de toutes pièces par la curie de Fatima dans le but de faire là un lieu de pèlerinage afin de gagner beaucoup d'argent.
Avec les modernistes, le dialogue reste possible : ils apportent leur point de vu et on en discute... mais avec les rationalistes, les athées, quels que soient les faits, ils les nieront toujours en bloc, rendant tout dialogue sérieux totalement impossible. Pour le journaliste et historien Gérard de Sède, un anti-fatimiste pur et dur, « Lucie est stupide, menteuse, manipulée par le clergé, une mythomane...! »; pas moins que ça ! (Comment voulez-vous ouvrir le dialogue avec ça !?).
Bon, soit !... supposons ! ; mais alors les 70 000 personnes qui, le 13 octobre 1917, étaient présentes à la Cova da Iria et qui ont vu "la danse du soleil", qu'étaient-ils eux... !? Des naïfs tout simplement. ! De Sède explique qu'il s'est passé un phénomène astronomique naturel : les gens présents, étant tellement certains qu'ils allaient assister à l'apparition de la Sainte Famille, ont été victime d'une hallucination collective... !. Ça ne vole pas plus haut que ça !.

Hélas, force est de constater que les critiques formulées contre Notre-Dame de Fatima mènent loin dans la hiérarchie vaticane pré-conciliaire : le Père Dhanis fut nommé recteur de l'université grégorienne à Rome, par le pape Paul VI, en 1963, suite à la publication de sa thèse anti-fatimiste, avec félicitations du Saint-Siège pour ce travail.



fleurs

Accueil
Accueil



Site protégé par le Copyright ©